• Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    LA RIVIÈRE

    Denis Lachaud / Cie en attendant…

    THÉÂTRE
    MERCREDI 6 MAI – 20H
    JEUDI 7 MAI – 10H
    DURÉE : 1H15
    TARIF C / SCOLAIRE
    DÈS 11 ANS

    Texte : Denis Lachaud
    Avec Christophe Carassou, Thomas Debaene et Sylvain Pottiez 
    Mise en scène : Jean-Philippe Naas 
    Scénographie : Mathias Baudry
    Lumières : Nathalie Perrier 
    Costumes : Juliette Barbier
    Musique : Julie Rey
    Régie générale : Samuel Babouillard 
    Régie lumières : Benjamin crouigneau 
    Régie son : Christophe Pierron
    Production : Audrey Roger

    Trois frères entreprennent de vider leur maison de famille. Chacun trie ce qui lui semble souhaitable de jeter ou de garder. Et parmi les trésors anciens mis à jour, apparaissent des objets qui ravivent des souvenirs. La découverte d’une flûte fait rejaillir la légende du Joueur de flûte de Hamelin, que les parents racontaient le soir au coucher.
    À partir de ce souvenir, Alban, Émile et Olivier s’immergent dans leur propre intimité. Le récit de leur histoire se mêle au conte, car les questions qu’il soulève – en particulier le non-respect de la parole donnée et ses conséquences – résonnent avec le regard qu’ils portent sur leur enfance. Le temps des retrouvailles est alors l’occasion de faire un état des lieux de ce qui reste des années partagées en famille. Sur le ton de la confidence, les trois frères délivrent chacun leur parole. Et ce sont trois solitudes, trois visions du monde, fraternelles mais dissemblables qui apparaissent.
    Le metteur en scène Jean-Philippe Naas et l’auteur Denis Lachaud ont tissé ensemble cette histoire, née de leurs questionnements sur le plaisir de la lecture et la place du livre dans la construction de l’individu. Tout comme la flûte a sauvé ou condamné les enfants de Hamelin, une œuvre littéraire peut-elle impacter nos vies ?

    Coproduction : Dieppe Scène Nationale DSN Avec l’aide de la Ville de Dijon, du Conseil départemental de Côte d’Or, du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, de la DRAC Bourgogne Franche-Comté
    Avec le soutien du Nouveau Relax, scène conventionnée de Chaumont, de l’Agence culturelle Grand Est et du Théâtre Dijon Bourgogne, CDN

  • Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    CONVULSIONS

    Hakim Bah / Frédéric Fisbach

    THÉÂTRE
    MARDI 7 AVRIL – 20H
    DURÉE : 1H30
    TARIF B

    Avec Ibrahima Bah, Maxence Bod, Madalina Constantin, Lorry Hardel, Nelson-Rafaell Madel, Marie Payen
    Texte : Hakim Bah
    Mise en scène : Frédéric Fisbach
    Dramaturgie : Charlotte Lagrange
    Scénographie : Charles Chauvet
    Création lumières : Léa Maris
    Création son, régie générale : Estelle Lembert
    Assistant à la mise en scène : Imad Assaf

    Dans une écriture qui n’hésite pas à prendre les « mots au corps », l’auteur guinéen Hakim Bah transpose Thyeste et la tragédie des Atrides au cœur de notre monde contemporain. Violences familiales, sociales, économiques : Convulsions est un conte d’anticipation aux accents abrupts et burlesques. Entre un terrain de basket et un aéroport, il est ici question de propriété, de territoire à conquérir, d’exil. De fratricide, d’adultère et d’infanticide aussi, thèmes extirpés de l’œuvre de Sénèque pour éclairer les errements de notre époque. Dans ce texte pour lequel Hakim Bah a reçu le Prix Théâtre RFI en 2016, Thyeste, Atrée et Érope enjambent les siècles pour se frotter aux enjeux intimes et politiques de notre monde techno-globalisé.
    Sur scène, Frédéric Fisbach s’entoure de comédiens d’horizons divers. Les rôles tournent entre les femmes et les hommes, de manière à ce qu’on éprouve la griserie de s’y perdre, pour mieux s’y retrouver… L’action progresse par ellipses, portée par des présences, des engagements, des accents singuliers et multiples. Allant au bout de son absurdité, la violence se mêle au grotesque, qui interroge notre capacité à accepter l’inacceptable, tout en exaltant le plaisir du théâtre. D’une exceptionnelle intensité dramatique, Convulsions est la preuve éclatante de la nécessité, pour penser et cultiver l’humain en nous, de s’ouvrir à ce qui n’est pas nous : l’étranger, le différent, l’autre.

    « L’écriture contribue à ouvrir un champ d’investigation que seul le langage poétique peut générer. Convulsions se présente comme une expérience hors du commun même si paradoxalement, son objet est de représenter la répétition du même. Un grand moment de théâtre ».
    Le bruit du Off, Yves Kafka

    Production : Ensemble Atopique II / Coproduction : Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines. L’auteur a reçu le Prix Théâtre RFI 2016. Le texte est édité par Théâtre Ouvert/Tapuscrits (Editions) – Coédition RFI
    Avec le soutien de la MC 93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis et de La Comédie de Saint-Etienne, Centre dramatique national, du Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, D.R.A.C. et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Avec l’aide à la création de l’association Beaumarchais-SACD, le soutien de l’Adami, de la Spedidam et de la Culture avec la Copie Privée. Convulsions est lauréat de l’Aide à la création de textes dramatiques – ARTCENA La compagnie Ensemble Atopique II est conventionnée depuis 2016 par la Direction des Affaires Culturelles de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

  • Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    QUITTER LA TERRE

    Cie SNAUT

    THÉÂTRE
    JEUDI 26 MARS – 20H
    DURÉE : 1H30
    TARIF B

    Texte et mise en scène : Joël Maillard
    Conception et jeu : Joëlle Fontannaz, Joël Maillard
    Avis sur tout : Tiphanie Bovay-Klameth
    Lumière et direction technique : Dominique Dardant
    Régie lumière : Dominique Dardant ou Matthieu Lecompte
    Régie son et vidéo : Jérémie Conne ou Cédric Simon
    Maquettes et dessins : Christian Bovey
    Création vidéo : Daniel Cousido
    Musique : Louis Jucker
    Synthèse 12-bits : Skander Mensi (arc-en-ciel électronique)
    Construction : Yves Besson
    Conseils costumes : Tania D’Ambrogio
    Production et administration : Tutu production – Véronique Maréchal Diffusion : Infilignes – Delphine Prouteau

    À l’heure où le climat se dérègle, où le CO2 nous empoisonne, où une partie de l’humanité́ est en sous-nutrition, quelle solution pouvons-nous inventer pour sauver la vie humaine à la surface du globe ?
    Pour répondre à cette question, deux conférenciers nonchalamment à côté de la plaque exhument d’un carton un projet futuriste étrange. Celui-ci prévoit la survie dans le cosmos d’une poignée d’individus, alors que l’humanité rendue stérile s’éteint sur notre planète en total désastre écologique.
    Théâtre d’humour et de science-fiction où se côtoient absurde et utopie, Quitter la Terre est néanmoins ancré dans cette sérieuse inquiétude que représentent les défis écologiques, économiques et démographiques contemporains. Entre méditation loufoque pré-apocalyptique et bricolage futuro-sceptique, le spectacle nous rappelle, sans que rien ne soit asséné, aux défis qu’il nous appartient aujourd’hui de relever et à la cohabitation qu’exige tout avenir durable.

    « Quitter la Terre a tout pour emballer. Son sujet d’abord, fantasme archaïque et scénario désormais plausible ; la gravité foutraque du texte ensuite, joué par des comédiens au diapason. Enfin, les mille et une spéculations
    qu’inspire la «dystopie», autrement dit l’utopie négative ».
    Le Temps, Alexandre Demidoff

    Coproduction : Arsenic-Centre d’art scénique contemporain-Lausanne, Fédération d’Associations de Théâtre Populaire (FATP). Soutiens : Ville de Lausanne, Canton de Vaud, Loterie Romande, Pro Helvetia, CORODIS, Pour-cent culturel Migros, Fondation Ernst Göhner Stiftung, Fondation Suisse des Artistes Interprètes, Fondation Jan Michalski, FEEIG. Remerciements : Tamara Bacci, Lucien Bridel, Michael Egger, Filippo Filliger, Mathieu Grizard, Maude Lançon, Lucille et Sandra Romanelli, Victor Lenoble, Laurence Perez etla Sélection suisse en Avignon, Antoinette Rychner, Valerio Scamuffa, Dorothée Thébert Filliger

  • Actions Artistiques,  Conte musical,  Jeune Public,  Spectacles,  Théâtre

    CHAQUE JOUR UNE PETITE VIE

    Cie Méli Mélodie

    THÉÂTRE MUSICAL
    JEUDI 19 ET VENDREDI 20 MARS – 9H ET 10H30
    SAMEDI 21 MARS – 11H
    DURÉE : 35 MIN
    TARIF C / SCOLAIRE
    DÈS 3 ANS

    Conception : Esther Thibault
    Composition et écriture : Esther Thibault et Sylvia Walowski
    Jeu : Esther Thibault et Sylvia Walowski
    Regard extérieur : Julie Minck
    Création lumières : Luc Souche
    Costumes : Sabine Armand
    Chargée de production : Gaëlle Mafart
    Avec Marion Guy et Esther Thibault ou Sylvia Walowski

    J’aime le jour de mon anniversaire, rallumer les bougies, souffler mille fois. J’aime les jours d’été, sentir le sable sous mes pieds. J’aime les jours d’école, quand arrive l’heure des mamans… Chacun d’entre nous se souvient de ces moments, plaisirs simples ou grands rituels de l’enfance. Au fil de petites histoires courtes, deux comédiennes les font revivre en chansons, dans une exploration sonore en français, japonais ou polonais, à la croisée des musiques traditionnelles et actuelles. La musicalité des mots, la texture des voix et la surprise des sons avivent les sensations et les émotions. Un spectacle sensible, délicat et intimiste où l’on se sent comme dans un cocon. Un condensé de saynètes tendres, d’instants présents, de rencontres, de partages…

    « Un univers musical harmonieux qui sait faire naître l’étincelle du sourire
    et le plaisir de l’émotion. » 
    Télérama Sortir, Françoise Sabatier-Morel

    Production : Compagnie Méli Mélodie / Co-production : Théâtre Antoine Vitez – Ivry, JM France, Paloma
    Résidences et soutiens : Eveil Artistique – Scène conventionnée pour le jeune public, Théâtre Jacques Cœur. Ce spectacle a reçu l’aide de la Spédidam et l’aide à la création de la Région Occitanie et de la Ville de Montpellier.  Il est soutenu par la Sacem. La compagnie est conventionnée par le département de l’Hérault

  • Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    SÉISME

    Duncan Macmillan / Cie Théâtre du Prisme

    THÉÂTRE
    MARDI 17 MARS – 20H
    DURÉE : 1H20
    TARIF B

    Première création française du texte de Duncan Macmillan
    Mise en scène et scénographie : Arnaud Anckaert
    Traduction : Séverine Magois
    Avec Shams El Karoui et Maxime Guyon
    Scénographie : Arnaud Anckaert et Olivier Floury
    Musique : Maxence Vandevelde          
    Construction : Alex Herman
    Collaboration costumes : Alexandra Charles
    Codirectrice : Capucine Lange
    Administration : Mathilde Bouvier, Christine Sénéchal
    Diffusion et accompagnement : Camille Bard (2C2B Prod), Matthias Bailleux

    Portés par l’envie de faire un enfant, F et H, un couple ordinaire, s’interrogent et retracent leur histoire. Comment imaginer donner la vie dans ce monde où les questions liées au terrorisme, à la guerre, à l’écologie, engendrent pression et peur de l’avenir ? Comment devenir parents et rester un couple ? Comment ne pas transmettre ce que l’on a de pire en nous ? On retrouve dans Séisme la « patte exigeante » du metteur en scène Arnaud Anckaert, que nous avions accueilli la saison dernière avec Constellations : ici chaque expression, regard ou intonation est juste, tranchant, à vif. Shams El Karoui et Maxime Guyon sont ce couple, qui s’affronte autour d’un enfant et s’amuse du quotidien avec un humour féroce, salutaire et indispensable. Avec rien, un fond blanc et des mots, ils construisent leur vie et bien plus largement, des existences multiples, démultipliées. Tant F et H, ce couple qui n’a justement pas de nom, peut sembler ordinaire, banal : deux personnes imparfaites, mais profondément humaines…
    Duncan Macmillan nous livre une histoire d’amour brutalement honnête, audacieuse et actuelle. Avec tout ce qui fait le sel des textes anglo-saxons – humour, vitalité et efficacité dans la forme – il donne la parole à une génération pour qui l’incertitude est un mode de vie.

    « Deux comédiens brillants pour une histoire vieille comme le monde, la traversée d’une vie, pas toujours paisible, mais si passionnée. C’est follement drôle et si sensible ».
    L’Humanité, Gérald Rossi

    « Vif, drôle, touchant, ce dialogue est mené sur un ton faussement quotidien par deux comédiens délicieusement complices qui, par-delà les jeux du langage et du théâtre, nous ramènent à nous-mêmes. C’est beau comme une tempête de sentiments humains aux flux et reflux incessants contrariés ».
    La Croix, Didier Méreuze

    Extraits Séisme

    Production : Compagnie Théâtre du prisme, Arnaud Anckaert et Capucine Lange / Coproduction : La Ferme d’en Haut, Villeneuve d’Ascq, Théâtre Benno Besson, Yverdon-les-Bains (Suisse)   
    Accueil en résidence :La Comédie de Béthune CDN Hauts-de-France ; La Médiathèque La Corderie, Marcq-en-Barœul ; Le Grand Bleu Lille. Soutien : Prise Directe, la SPEDIDAM
    La Cie Théâtre du prisme est conventionnée par Le Ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Hauts-de-France, Le Conseil Régional Hauts-de-France. Soutenue par le Département du Pas-de-Calais au titre de l’implantation, Le Département du Nord, La Ville de Villeneuve d’Ascq. Cie associée au Théâtre Jacques Carat – Cachan. L’auteur est représenté dans les pays de langue française par l’Agence R&R, Renauld and Richardson, Paris, en accord avec l’Agence Casarotto Ramsay & Associates Ltd, London. Pièce traduite avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, centre international de la traduction théâtrale. Lungs (titre original de la pièce), commande de la compagnie Paines Plough, a été créée à Sheffield en octobre 2011, dans une mise en scène de George Perrin.

  • Performance,  Spectacles,  Théâtre

    CENT MÈTRES PAPILLON

    Maxime Taffanel / Collectif Colette

    THÉÂTRE
    MARDI 4 FÉVRIER – 20H
    DURÉE : 1H
    TARIF B

    Idée originale, texte et interprétation : Maxime Taffanel
    Adaptation et mise en scène : Nelly Pulicani
    Création musicale : Maxence Vandevelde
    Lumières : Pascal Noel
    Conseils costumes : Elsa Bourdin
    Administration : Léa Fort
    Diffusion : Scène 2, Séverine André Liebaut


    Cent Mètres Papillon raconte l’histoire de Larie, un adolescent passionné de natation. Il nage et suit le courant en quête de sensations, d’intensité et de vertiges. L’apprentissage de la « culbute », la découverte de la glisse, son rapport avec l’eau, l’entrainement et ses violences, la compétition et l’étrangeté de ses rituels, les courses, les défaites, les remises en question, le chant des sirènes… 
    À partir de son expérience personnelle, Maxime Taffanel livre un témoignage d’une intensité rare, où l’on navigue à sa suite entre rire et émotion. Car avant de devenir comédien, il nageait du matin au soir avec pour unique objectif, les championnats de France. Sur scène surgissent des personnages inattendus, burlesques, imprévisibles. Et l’univers aquatique qui avait privé le champion de parole devient mise en jeu d’une parole en mouvement. Beauté du geste et des mots, partition théâtrale minutieusement construite : sans aucun artifice et avec une sincérité consternante, Maxime nous emporte dans son aventure passionnante et réussit à nous émouvoir…

    « La performance de l’acteur, la chorégraphie et la musicalité des gestes du nageur donnent une vérité troublante, burlesque aussi, à cette ode à l’effort jouée en 60 min chrono. Voici un monologue aquatique
    magnifiquement interprété ! ».
    Télérama, Thierry Voisin

    « Etonnant et réjouissant ! Tout y est juste et poétique :
    une bulle de bonheur ».
    L’Equipe.

    Production : Collectif Colette / Coproduction : Comédie de Picardie, Amiens Avec le soutien de L’ENSAD LR (École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier) et de la SPEDIDAM. Spectacle accueilli en résidence à la Corpus Fabrique, au Clos Sauvage, au Théâtre de L’Opprimé et au Théâtre de Vanves.

  • FICTION RADIOPHONIQUE,  Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    ZAÏ ZAÏ ZAÏ ZAÏ

    Fabcaro / Théâtre de l’Argument

    FICTION RADIOPHONIQUE
    MARDI 21 JANVIER – 20H
    DURÉE : 50 MIN
    TARIF B

    D’après la BD Zaï Zaï Zaï Zaï
    Mise en scène, scénographie et costumes : Paul Moulin
    Adaptation et collaboration artistique : Maïa Sandoz
    Création sonore : Christophe Danvin
    Avec (en alternance) Élisa Bourreau, Ariane Begoin, Serge Biavan, Maxime Coggio, Christophe Danvin, Aymeric Demarigny, Cyrille Labbé, Paul Moulin, Emmanuel Noblet, Maïa Sandoz et Aurélie Verillon
    Création lumière : Emmanuel Noblet
    Mise en espace sonore : Jean-François Domingues
    Régie lumière : Emmanuel Noblet et Thibault Moutin
    Régie son : Jean-François Domingues et Samuel Mazzotti
    Avec la voix de Serge Biavan

    Fabrice est à la caisse d’un supermarché lorsqu’on lui demande sa carte de fidélité. Il a beau fouiller ses poches, il ne la trouve pas… La caissière appelle la sécurité. Fabrice prend la fuite. En quelques heures, il devient l’ennemi public n°1…
    Comment traduire sur scène les deux dimensions du trait de Fabcaro et la cinquantaine de personnages de Zaï Zaï Zaï Zaï, sa fameuse BD à l’humour ravageur ? Comment jouer cette farce en forme de road trip, sur fond de dérive sécuritaire et de paranoïa absurde ? Paul Moulin a choisi la fiction radiophonique, avec un bruiteur, une perche son et huit comédiens irrésistibles, issus du théâtre, du cinéma ou du one-woman show. Concentrés sur leurs voix, ils jouent Fabrice le hors-la-loi et tous ceux qu’il croise dans sa fuite : ados, agents de sécurité, policiers, journalistes… Engagés dans un aller-retour permanent entre incarnation et désincarnation, on les voit faire, fabriquer à vue ce feuilleton surréaliste et cinglant. L’occasion d’un réjouissant jeu de massacre politique et social !  

    « Zaï zaï zaï zaï tient de l’exercice de style et du jeu de massacre. (…) Rien d’aigre pourtant, ni de tragique dans cet équarrissage, car le moraliste avance masqué. Dynamiteur talentueux, Fabcaro sait doser au gramme près critique sociale et éclats de rire, décryptages affûtés et trouvailles poétiques».
    Télérama, Stéphane Jarno

    Teaser ZAÏ ZAÏ ZAÏ ZAÏ

    Production : Théâtre de L’Argument
    Coproduction : Théâtre de Rungis, Fontenay en Scènes – Fontenay-sous-bois
    Avec le soutien de la DRAC Île-de-France, le Ministère de la culture, la SPEDIDAM, la Ville de Paris et l’ARCADI Île-de-France. ZAÏ ZAÏ ZAÏ ZAÏ, Fabcaro : Ed. 6 Pieds sous terre

  • Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    CE QUI DEMEURE

    Elise Chatauret / Cie Babel

    THÉÂTRE
    MARDI 14 JANVIER – 20H
    DURÉE : 1H10
    TARIF B

    Écriture et mise en scène : Elise Chatauret
    Dramaturgie et collaboration artistique : Thomas Pondevie
    Avec Solenn Keravis, Justine Bachelet et Julia Robert
    Composition sonore : Julia Robert
    Scénographie et costumes : Charles Chauvet
    Lumières : Marie-Hélène Pinon
    Administration : Véronique Felenbok et Lucie Guillard
    Diffusion : Marion Souliman

    Elise Chatauret travaille comme une réalisatrice de films documentaires : elle choisit un sujet, enquête, mène des entretiens et les traduit pour la scène. Fruit d’une écriture plurielle, Ce qui demeure interroge la mémoire à travers le regard d’une femme de 93 ans. Au croisement de la petite et de la grande histoire, les confidences mêlent souvenirs intimes et engagements collectifs, parcours personnel et écoulement d’un siècle. D’un côté, celle qui se livre et voudrait choisir ce qui restera de son passage sur terre ; de l’autre, celle qui enregistre et traque ce qui affleure à la surface des mots.
    Le spectacle vagabonde dans la vie de la vieille femme, zigzague en osmose avec sa mémoire chaotique, associative, reconstruite ou soudainement microscopique. Dans cette pièce écrite sous forme de collage, de montage et de palimpseste pour deux comédiennes et un musicien, le particulier se fait reflet de l’universel : ce sont nos histoires et nos mémoires qui sont en jeu ici aussi…

    « Cette histoire du 20ème siècle ainsi redessinée par la lorgnette de l’intimité, nous aide à recolorer nos propres souvenirs. Ce qui demeure conte une expérience universelle et nous touche au cœur ».
    Télérama, Emmanuelle Bouchez

    « Un spectacle juste et émouvant qui parle d’amour, de désir, du corps féminin (contraint, libre, vieillissant), de la guerre, mais aussi de transmission intergénérationnelle ».
    Psychologies Magazine, Cécile Guéret

    Teaser Ce qui demeure

    Production : Cie Babel-Elise Chatauret / Coproduction et accueil en diffusion : Collectif 12, Les Théâtres – Charenton Saint Maurice. Avec L’Aide à la Production de la DRAC Île-de-France, et le soutien d’Arcadi. Avec L’Aide de l’Adami et de la Spedidam. Avec la participation artistique du Jeune théâtre national. Avec le soutien de La Commune – CDN d’Aubervilliers, du CENTQUATRE – PARIS et du Collectif 12
    La Cie Babel est en résidence artistique au Théâtre Roger Barat d’Herblay, avec le soutien de la ville d’Herblay, de la DRAC Ile-de-France, du Conseil général du Val d’Oise et du Festival théâtral du Val d’Oise. Action financée par la Région Ile-de-France au titre de la permanence artistique et culturelle. La Cie Babel est conventionnée par le Ministère de la Culture – DRAC Ile de France.

  • Actions Artistiques,  Jeune Public,  Spectacles,  Théâtre

    OH BOY !

    Catherine Verlaguet / Olivier Letellier

    THÉÂTRE
    JEUDI 9 JANVIER – 14H15 ET 18H
    VENDREDI 10 JANVIER – 10H ET 14H15
    DURÉE : 1H
    TARIF C / SCOLAIRE
    DÈS 9 ANS

    D’après le roman de Marie-Aude Murail
    Avec Lionel Lingelser
    Adaptation : Catherine Verlaguet
    Mise en scène : Olivier Letellier
    Création lumières : Lionel Mahé
    Création sonore : Mikael Plunian
    Régie : Laurent Labarrère

    Quand Barthélémy Morlevent, 26 ans, reçoit une convocation de la juge des tutelles, il se demande ce qu’il a fait. Quand il y retrouve sa demi-sœur Josiane, il se demande de quoi elle va encore l’accuser. Lorsqu’il découvre qu’il a un demi-frère et deux demi-sœurs, il se dit que ce n’est pas la première fois que son père abandonne des gosses. Et quand la juge lui apprend qu’il doit en être leur tuteur, il se demande où est la porte.

    Oh Boy !, c’est l’histoire simple et bouleversante d’une fratrie ; l’histoire si belle de Bart, que rien ne prédisposait à devoir assumer une famille tombée du ciel. Un conte moderne qui interroge une société en mouvement et aborde avec force et humour les sujets délicats de la maladie ou de l’adoption, avec en filigrane les questions de la normalité ou de la quête des origines.L’adaptation par Catherine Verlaguet pour la scène du livre éponyme de Marie-Aude Murail, l’habileté d’Olivier Letellier à composer une mise en scène évidente et la performance d’acteur frôlent la perfection : Molière du meilleur spectacle jeune public 2010, Oh Boy ! n’a jamais cessé de tourner depuis sa création. En 2017, le Théâtre du Phare en a même créé une version américaine à New York.

    Entretien avec Olivier Letellier, metteur en scène de Oh Boy !

    Production : Le théâtre du Phare/Olivier Letellier, Champigny s/ Marne (94)
    Coproductions : Espace Culturel André Malraux Le Kremlin Bicêtre (94), Centre Jean Vilar – Ville de Champigny sur Marne (94), Théâtre Le Strapontin, Scène des Arts de la Parole Pont Scorff (56), Théâtre André Malraux, Chevilly-Larue (94) Soutiens : Conseil général du Val de Marne (94), Festival « Ce soir, je sors mes parents » (44), Théâtre La Paillette – Rennes (35)

  • Concert,  Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    LA VIE DEVANT SOI

    Romain Gary (Emile Ajar) / Rodéo Théâtre

    THÉÂTRE / MARIONNETTE
    JEUDI 19 DÉCEMBRE – 20H
    DURÉE : 1H35
    TARIF B

    Avec Nicolas Gousseff, Maia Le Fourn, Tigran Mekhitarian et Nabila Mekkid
    Mise en scène : Simon Delattre
    Adaptation et assistanat à la mise en scène : Yann Richard
    Musique live : Nabila Mekkid (Nina Blue)
    Scénographie et création lumière : Tiphaine Monroty assistée de Morgane Bullet
    Création son : Tal Agam
    Construction du décor : Morgane Bullet, Clément Delattre, Emma Bouvier
    Construction des marionnettes : Marion Belot, Anaïs Chapuis
    Costumes : Frédéric Gigout et Odile Delattre (pour Mme Rosa et le rideau)
    Adaptation LSF : Yoann Robert
    Régie générale : Jean-Christophe Planchenault
    Régie lumière : Jean-Christophe Planchenault et Cloé Libéreau
    Régie son : Laurent Le Gall
    Administration et production : Bérengère Chargé
    Diffusion : Claire Girod
    Remerciements : Thierry Collet

    Madame Rosa est juive, ancienne prostituée et s’occupe des enfants des filles «parties se défendre en province». Momo est arabe et c’est lui, narrateur, qui raconte son quotidien avec des mots justes, qui frappent fort… L’histoire d’amour qui les relie, Madame Rosa et lui, est la toile de fond de ce roman peuplé de rencontres et de situations inattendues : l’histoire d’une famille qui se choisit, jusqu’au bout de la vie.
    Du texte signé sous le nom d’Émile Ajar, qui permit à Romain Gary de remporter un second prix Goncourt en 1975, Simon Delattre a tiré une adaptation théâtrale et musicale touchante, mêlant habilement onirisme, poésie et fantaisie. La foule pittoresque des personnages qui peuplent le récit est incarnée en scène par une série de marionnettes manipulées à vue. Façon de rappeler à chacun qu’il n’est pas vain de prêter l’oreille à l’enfant tendre qui sommeille en nous.

    « Simon Delattre adapte, avec justesse et sensibilité, le roman initiatique d’Emile Ajar. Dans une scénographie spectaculaire, il mêle théâtre, marionnettes et musique live. Et recentre le récit autour de ce duo attachant formé par un gamin de 14 ans et sa mère de substitution. Maïa Le Fourn et Tigran Mekhitarian en sont les vibrants interprètes ».
    Télérama, Thierry Voisin

    D’après La vie devant soi de Romain Gary (Emile Ajar) © Mercure de France, droits théâtre gérés par les Éditions Gallimard
    Production : Rodéo Théâtre / Coproductions : Théâtre de Sartrouville et des Yvelines, CDN ; Théâtre Jean Arp – scène conventionnée de Clamart ; TJP Centre Dramatique National de Strasbourg ; CDN d’Alsace ; Théâtre Massalia à Marseille, Pôle arts de la scène Friche de la Belle de Mai ; Le Théâtre, scène conventionnée de Laval.
    Avec la participation artistique du Studio d’Asnières-ESCA. Avec le soutien financier de la DRAC Île-de-France, de l’ADAMI et de l’ARCADI.