• 3,  NOV-DEC,  Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    ERSATZ

    Collectif AÏE AÏE AÏE

    previous arrow
    next arrow
    Slider

    MARDI 15 DÉCEMBRE À 14H15 ET 20H
    MERCREDI 16 DÉCEMBRE À 10H

    THÉÂTRE D’OBJET
    DURÉE : 50 MIN
    TARIF : 5€ / 7€ / 8€ / SCOLAIRE
    DÈS 12 ANS

    Avec : Sarah Reyjasse
    Conception, mise en scène : Julien Mellano
    Regard extérieur : Étienne Manceau
    Lumière et régie : Sébastien Thomas
    Dispositif sonore : Gildas Gaboriau
    Musique : Olivier Mellano et Mauricio Kagel

    Avec son humour pince-sans-rire diablement irrésistible, Julien Mellano s’attaque à la vision de l’homme du futur, plus intelligent, plus beau, plus résistant. Virtuose du théâtre d’objet, ce plasticien de formation doté d’un goût prononcé pour la métamorphose et l’absurde, propose une projection librement fantasmée de l’homme de demain. L’idéologie transhumaniste, la cybernétique, l’intelligence artificielle et autres singularités technologiques inspirent cette alchimie de l’homme et de la machine.

    Dans cette pièce sans parole, l’artiste chahute la narration au profit d’un face-à-face entre humain et objet. Il invite les spectateurs dans un drôle de jeu de pistes attestant de sa prédilection pour les détournements de situation, les bricolages retors et les effets spéciaux de poche. L’absurde et le miracle se toisent et se tissent dans un trou noir, pour rejoindre le point de fuite de notre humanité, qu’elle soit réelle, virtuelle ou augmentée.

    « Un être augmenté bidouillé, ultra connecté, englué dans son égocentrisme et sa propre éternité, perturbé par une intelligence artificielle légèrement capricieuse. Sans un mot, mais avec un imaginaire au meilleur de sa forme, Julien Mellano présente une forme insolite et poétique, entre performance rigolote et farce dérangeante. Du théâtre d’objets futuriste,
    à découvrir sans tarder. »
    Télérama, Thierry Voisin

    Production : Collectif AÏE AÏE AÏE / Coproduction : Festival 11, biennale de la marionnette et des formes manipulées ; Scène Nationale du Sud Aquitain. Résidences : Au bout du Plongeoir – Site d’expérimentation artistique de Tizé ; Le Volume – centre culturel de Vern-sur-Seiche ; Pôle Sud – centre culturel de Chartres-de-Bretagne ; Le Théâtre de Laval, scène conventionnée ; La Paillette, Rennes ; Le Théâtre Quintaou d’Anglet.
    AÏE AÏE AÏE est conventionné par le Ministère de la Culture – DRAC de Bretagne et reçoit les soutiens du Conseil Régional de Bretagne, du Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine, de la Ville de Rennes et de Rennes Métropole. Les projets à l’international sont soutenus par l’Institut Français. Remerciements : Le Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette à Paris. Photo : Hadrien Brunner / Grimmm

  • 3,  Cirque,  NOV-DEC,  REPORT 19/20,  Spectacles,  Tout public

    PARBLEU !

    Atelier Lefeuvre & André

    previous arrow
    next arrow
    Slider

    JEUDI 10 DÉCEMBRE À 20H

    CIRQUE
    DURÉE : 1H
    TARIF : 7€ / 12€ / 15€

    REPORT SAISON 19/20

    Conception et interprétation : Didier André et Jean-Paul Lefeuvre
    Lumières : Philippe Bouvet

    Voilà bientôt vingt ans qu’ils se tirent le maillot avec une complicité toujours plus naturelle. Au fil du temps, Jean-Paul Lefeuvre et Didier André ont affirmé leur attachement à une forme d’artisanat laborieux et modeste, faisant d’eux les adeptes d’une sorte de “slow cirque”.

    Parbleu ! leur nouveau spectacle, aspire à un minimalisme qui met en scène l’esprit même de cet artisanat. Exploitant jusqu’au trognon des accessoires trouvés au fond de leur atelier (planche, truelle, boule de pétanque ou masse de chantier), ils détournent ces ustensiles d’apparence banale avec une dextérité méticuleuse. Le cercle n’étant plus leur rayon, ils évoluent désormais dans un rectangle dont le règlement intérieur est celui du bac à sable : toutes les fantaisies sont permises, à condition qu’elles s’incarnent avec application. Leur jeu dépouillé contribue à créer un univers où l’inutilité le dispute au dérisoire, où l’absurde s’étire jusqu’au rire, pour que, finalement, la poésie apparaisse comme le dénominateur commun de tous leurs vains efforts…

    Coproduction : Scène nationale de l’Essonne Agora-Desnos
    Avec le concours financier du Département de l’Essonne. Avec le soutien du Théâtre d’Auxerre, du Teatro Dimitri de Verscio (CH) et du Forman Brothers Theatre (CZ). Avec la complicité de La Grenouillère de La Madeleine-sous-Montreuil
    Photo : Didier André / Matthieu Hagene

  • 3,  Actions Artistiques,  NOV-DEC,  Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    SUZY STORCK

    Magali Mougel / Simon Delétang

    previous arrow
    next arrow
    Slider

    JEUDI 3 DÉCEMBRE À 20H

    THÉÂTRE
    DURÉE : 1H20
    TARIF : 7€ / 12€ / 15€

    Avec : Marion Couzinié, Simon Delétang, Françoise Lervy, Charles-Antoine Sanchez et la voix d’Eliot Hénault-Fillion
    Texte : Magali Mougel
    Mise en scène et scénographie : Simon Delétang
    Assistante à la mise en scène : Polina Panassenko
    Lumière : Jérémie Papin
    Son : Nicolas Lespagnol-Rizzi
    Costumes : Marie-Frédérique Fillion
    Accessoiriste : Léa Perron
    Ingénieur conseil : Hervé Cherblanc

    Elle s’appelle Suzy Storck. Elle a épousé Hans Vassili Kreuz, un homme qui s’est contenté de l’embrasser sans l’aimer. C’est là que la spirale des obligations a commencé : porter des enfants, s’occuper d’une maison… Puis un jour, en plein été, quelque chose dérape. Sous le poids de la chaleur et des gestes répétés, Suzy prend conscience de ses renoncements et de son incapacité à vivre selon ses vrais désirs.

    Texte percutant de Magali Mougel, Suzy Storck sublime la figure d’une femme « ordinaire », mère sans histoire, héroïne magnifique dont le destin va subitement basculer à la faveur d’un geste d’inattention irréversible. Simon Delétang projette ce drame intimiste et poignant au sein de la blancheur radicale d’un espace dépouillé. Comme dans la tragédie antique, le drame se joue ici hors champ. Un chœur situe, commente, met à distance et dessine petit à petit le portrait d’une Médée des temps modernes. Hors de tout naturalisme, ce sont les comédiens qui, face au public, incarnent les mots et l’intensité des scènes. À la façon d’un oratorio cinglant, Suzy Storck porte la voix de toutes les femmes emprisonnées dans une existence servile ordonnancée jusqu’à l’écœurement.

    « Qui a rencontré la langue de Magali Mougel sait son urgence à dire, sa vigueur sauvage. Sa poésie, toute de métaphores et d’ellipses, qui fait mine de se perdre dans les répétitions pour mieux frayer son chemin. Suzy Storck est une pièce magnifique, qui crie le sursaut destructeur d’une femme d’aujourd’hui et de maintenant, quand ses aspirations ont été broyées par les diktats du patriarcat. Simon Delétang en fait une mise en scène politique et viscérale, qui laisse le public parfois sonné, mais dont la puissance ouvre des brèches salvatrices dans le mur des certitudes acquises ».
    La Gazette des Festivals

    Production Théâtre du Peuple – Maurice Pottecher. Décors réalisés dans les ateliers de construction du CDN de Besançon Franche-Comté. Le texte est édité aux Éditions Espace 34.
    Photo : Jean-Louis Fernandez

  • 2,  Conte musical,  Jeune Public,  NOV-DEC,  Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    LA MÉCANIQUE DU VENT

    Compagnie Un Château en Espagne

    previous arrow
    next arrow
    Slider

    JEUDI 26 ET VENDREDI 27 NOVEMBRE À 9H ET 10H30
    SAMEDI 28 NOVEMBRE À 11H

    THÉÂTRE
    DURÉE : 35 MIN
    TARIF : 5€ / 7€ / 8€ / SCOLAIRE
    DÈS 3 ANS

    Avec : Lilia Abaoub et Frédéric Aubry
    Écriture et mise en scène : Céline Schnepf
    Création musicale : Frédéric Aubry
    Création sonore : Julien Woittequand
    Création lumières, mécaniques et régie générale : Jérôme Dahl
    Création des mallettes poético-ludiques : Carine Lambert

    Jeanne est assise et elle attend le vent. Comme ça, juste pour voir où il va et où il mène, se laisser bousculer. Murmurro l’accompagne, avec son violoncelle.
    Qu’est-ce qui bouge en nous quand on est déplacé par le vent ?
    Qu’est-ce qu’on laisse derrière nous ?
    Est-ce que tout cela peut se chanter ?

    Dans un décor de fête foraine, des ventilateurs, des mécanismes et des objets s’animent et créent un jeu poétique et aérien. Texte, images, musique et éléments scénographiques se déploient, questionnant ce qui nous retient et ce qui nous pousse. Entre émotion et plaisir de la découverte, on se laisse porter, on lâche nos terres premières – frimousses toutes offertes à la brise – pour voir ce qu’il advient… Ce spectacle pour les explorateurs en herbe invite à rêver, imaginer, grandir, s’envoler !

    Coproduction : Le Merlan, Scène nationale de Marseille
    Résidences de création : Les 2 Scènes, Scène nationale de Besançon, École maternelle Condorcet à Besançon, La Gare Franche à Marseille. Avec le soutien de la SPEDIDAM, le Ministère de la Culture, la région Bourgogne-Franche-Comté, le département du Doubs, la ville de Besançon.
    La compagnie Un Château en Espagne est soutenue par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Bourgogne-Franche-Comté. Elle bénéficie d’une aide au rayonnement de la Région Bourgogne – Franche-Comté et d’une aide à la création du Conseil Départemental du Doubs et de la Ville de Besançon. Céline Schnepf a été artiste associée au théâtre du Merlan, Scène nationale de Marseille de 2015 à 2019. Elle a également été artiste associée aux 2 Scènes – Scène nationale de Besançon – de 2015 à 2018. Depuis sa création, la compagnie est en compagnonnage avec l’association Nova Villa – festival Méli’môme à Reims.

  • 2,  Jeune Public,  NOV-DEC,  Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    BLANCHE

    Compagnie Un Château en Espagne

    previous arrow
    next arrow
    Slider

    MARDI 24 NOVEMBRE À 10H ET 14H15
    MERCREDI 25 NOVEMBRE À 18H15
    JEUDI 26 NOVEMBRE À 14H15

    THÉÂTRE
    DURÉE : 55 MIN
    TARIF : 5€ / 7€ / 8€ / SCOLAIRE
    DÈS 9 ANS

    Avec : Max Bouvard et Valentine Basse
    Écriture et mise en scène : Céline Schnepf
    Avec la participation de : Eve Ledig, Adèle Ratte, Lucie Clerc
    Création musicale : Frédéric Aubry
    Création vidéo : Emma Prétot, Arsim Iméri
    Création lumière : Jérôme Dahl
    Scénographie : Céline Schnepf, Jérôme Dahl
    Construction : Michel Petit, Fabrice Triponney (atelier décor Les 2 Scènes)
    Construction scénique : Julien Parthiot, Sébastien Chommy
    Costumes : Isabelle Nuninger
    Régie lumière : Julien Parthiot
    Régie son : Julien Woittequand

    Au cours d’une traque haletante, un chasseur suit Blanche, enfant en proie à la méchanceté de cette cette reine qui lui sert de mère, insatiable de beauté et de cruauté. Il la piste, l’approche à pas de loup…

    En adaptant Blanche-Neige, la metteuse en scène Céline Schnepf réveille les émotions profondes du conte. L’écriture est ciselée,  aiguisée et assumée,  pour se faire l’écho de notre temps et de nos peurs.Racontée par le chasseur, seul en scène, l’histoire est celle d’une héroïne qui meurt à plusieurs reprises pour que la vie renaisse et suive son cours, avec des étapes à passer pour devenir adulte. Derrière ce propos, le doute pointe : le chasseur est-il là pour traquer la jeune femme ou finira-t-il par la protéger, comme dans la version originelle ?

    Plongé dans un univers musical, comme en plein cœur d’une forêt enchantée, le public est suspendu au moindre mot, au moindre geste d’un chasseur-conteur qui a tout d’un ensorceleur.

    « La metteuse en scène Céline Schnepf revient avec une écriture toute personnelle de Blanche-Neige, qui fait vibrer en nous toutes les cordes que tend le théâtre pour interroger le monde. Une réussite totale. » 
    Les Trois Coups

    « Blanche raconte une histoire étrangement actuelle, toute en en cruauté assumée et en envolées lyriques éblouissantes. Le texte de Céline Schnepf, qui signe aussi une mise en scène très épurée, est rendu par un comédien exceptionnel qui parvient à faire sentir toute la force
    et toutes les nuances du texte. Bravo. »
     La Provence

    Production : Compagnie Un Château en Espagne
    Coproduction : Les 2 Scènes – Scène nationale de Besançon, Nova Villa / Festival Méli’Môme à Reims.
    Aide à la création : DRAC Bourgogne-Franche-Comté, Région Bourgogne-Franche-Comté, Département du Doubs, Ville de Besançon.
    Soutiens : Créa / Festival Momix – Scène conventionnée jeune public d’Alsace, La Minoterie – Pôle de création et d’éducation artistique jeune public à Dijon, Côté Cour – scène conventionnée jeune public de Franche-Comté, Médiathèque départementale du Doubs. Ce projet a été sélectionné par Quint’Est (Réseau Grand Est du spectacle vivant).
    Photo : Arthur Babel

  • 2,  Actions Artistiques,  NOV-DEC,  Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    LE DISCOURS

    Fabcaro / Emmanuel Noblet

    MARDI 17 NOVEMBRE À 20H

    THÉÂTRE
    DURÉE : 1H15
    TARIF : 7€ / 12€ / 15€

    CRÉATION

    Avec : Benjamin Guillard
    Adaptation : Benjamin Guillard et Emmanuel Noblet
    Mise en scène : Emmanuel Noblet
    Lumières et vidéo : Emmanuel Noblet
    Son : Sébastien Trouvé

    « Je prononcerai ce discours à une seule condition, Ludo, une seule : que tu arrêtes de faire grincer ta fourchette dans ton assiette. Je pourrais tuer pour ça. Il y a des codes Ludo, sinon c’est le bordel. Sept milliards de névrosés essayant de vivre ensemble, se faisant croire que c’est possible, qu’on ne tue pas pour un grincement de fourchette dans l’assiette, qu’on ne quitte pas son amoureux parce qu’il fait du bruit en buvant son café. »

    Adrien vient de se faire quitter… Lors d’un dîner en famille, il apprend qu’il doit prendre la parole au mariage de sa sœur. Entre le gratin dauphinois et les tentatives mentales de discours, toutes plus absurdes les unes que les autres, il n’espère qu’une seule chose : que sa bien-aimée Sonia réponde à son texto (« Comment tu vas ? »), envoyé à 17h24 et lu à 17h56.

    Au travers de ses bandes dessinées ou de ses romans, Fabcaro décrit avec justesse nos grandeurs et nos misères intimes. Anthropologue de nos humeurs et de nos névroses, il nous parle de notre nombril avec une énorme tendresse. Aguerri aux contraintes du seul en scène (Réparer les vivants reçu au Nouveau Relax en novembre 2018) et grand adepte de l’humour de Fabcaro (comédien dans Zaï zaï zaï zaï, accueilli en janvier dernier), Emmanuel Noblet a proposé à Benjamin Guillard – parfait trentenaire sentimental, désabusé et à côté de la plaque ! – de camper au théâtre le rôle d’Adrien : pour le meilleur et surtout, pour rire…

    Production : Les productions de l’Explorateur. Production déléguée : Valérie Lévy assistée de Manon Pontais
    Avec le soutien des Scènes du Golfe – Théâtres de Vannes – Arradon
    Roman de Fabrice Caro (édité chez Gallimard) Illustration : Fabcaro

  • 2,  Danse,  NOV-DEC,  Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    N’AVONS-NOUS PAS AUTANT BESOIN D’ABEILLES ET DE TRITONS CRÊTÉS QUE DE LIBERTÉ ET DE CONFIANCE ?

    Compagnie L’iMaGiNaRiuM

    previous arrow
    next arrow
    Slider

    JEUDI 12 NOVEMBRE À 20H

    THÉÂTRE
    DURÉE : 1H30
    TARIF : 7€ / 12€ / 15€
    CRÉATION

    Avec : Damien Briançon, Antoine Cegarra, Gaël Chaillat, Akiko Hasegawa, Claire Rappin et Pascal Thollet à la guitare
    Textes : écriture collective inspirée de Ici de Richard McGuire et du travail de Baptiste Morizot et Jean-Claude Ameisen
    Mise en scène : Pauline Ringeade
    Dramaturgie : Antoine Cegarra
    Collaboration dramaturgique : Marion Platevoet
    Création sonore et régie : Olivier Métayer
    Création musicale : Pascal Thollet
    Scénographie : Hervé Cherblanc
    Régie générale et plateau : Yann Argenté
    Création lumière et régie : Fanny Perreau
    Costumes : Aude Bretagne
    Développement compagnie : Florence Bourgeon
    Production : Laure Woelfli et Victor Hocquet – La Poulie Production

    Avec Fkrzictions, le public chaumontais avait pu goûter la saison dernière au travail tout en délicatesse et jeux de lumières de Pauline Ringeade. C’est avec une création inspirée notamment d’Ici, roman graphique de Richard McGuire et des travaux deBaptiste Morizot ou Jean-Claude Ameisen (des auteurs qui interrogent tous la place de l’homme dans l’écosystème), qu’elle nous revient cette fois.

    La question-titre renvoie à l’état alarmant de la planète et à notre difficulté à infléchir la tendance. La metteuse en scène s’en saisit pour explorer le rapport qu’entretient l’humain avec lui-même, les autres et le monde. Sur scène, cinq comédiens-danseurs mêlent l’imagination et le mouvement pour lutter contre la tétanie. La pièce qui apparaît est un jeu de balancier fragile entre impression et expression, entre un univers qui s’écrit au travers des corps ou de la musique jouée en direct et la nécessité de mettre des mots sur les difficultés, les errances, les vertiges. Traversée par l’espoir et l’humour, cette création théâtrale et chorégraphique suscite ainsi la mise en action joyeuse de la pensée et des émotions. Parce que, quitte à observer le gouffre devant nous, autant le faire avec le sourire aux lèvres…

    Production L’IMAGINARIUM. Coproductions : Le TAPS – Théâtre Actuel et Public De Strasbourg, Le Nouveau Relax – Scène Conventionnée de Chaumont, Les Deux Scènes – Scène Nationale De Besançon, Centre Culturel André Malraux – Scène Nationale De Vandoeuvre-Lès-Nancy, Le Granit – Scène Nationale de Belfort.
    Soutiens : La Méridienne – Théâtre De Lunéville, Scène Conventionnée, DRAC Grand Est, l’ADAMI et la Culture avec la Copie Privée, Ville et Eurométropole de Strasbourg, la Spedidam, QUINT’EST Réseau spectacle vivant Bourgogne Franche-Comté Grand Est.
    La Compagnie bénéficie du dispositif de la Région Grand Est d’aide triennale au développement des équipes artistiques du spectacle vivant pour la période 2019-2021
    Photo : Hervé Cherblanc / Marie Augustin