• Cirque,  Danse,  Performance,  Spectacles,  Tout public

    I WOKE UP IN MOTION

    Collectif Porte27

    CIRQUE / VIDÉO / MUSIQUE
    MARDI 12 MAI – 20H
    DURÉE : 1H
    TARIF : B

    Création
    Écriture, images et corps : Vasil Tasevski
    Lumières : Elsa Revol
    Musique, interprétation : Julien Chamla, Marco Quaresimin, Lawrence Williams
    Son : Alexis Auffray
    Aide à l’écriture, poésie : Marion Collé
    Stylisme : Aurore Thibout
    Regard chorégraphique : Élodie Sicard
    Dessin : Suzanne Sebö
    Programmation : Etienne Landon
    Administration : Anne Delépine
    Production : Triptyque Production / Marie Pluchart

    Pièce de cirque croisant arts plastiques, danse, vidéo et musique improvisée, I woke up in motion tente de répondre à cette question : comment rendre palpable le sentiment d’errance, indissociable du désir d’un ailleurs et d’une confrontation à un présent ? Sur le plateau, un homme chemine, irrésistiblement attiré par une issue pourtant incertaine. Tantôt en proie à l’angoisse, ou submergé par de soudaines bouffées d’espoir, il ne cesse d’avancer. Il tourne, s’élance, plonge en lui-même, ralentit, accélère, se perd, se retrouve, broie ses souvenirs, se tend vers son but, s’étale, vaincu, se relève, blême, s’arme de courage, vainqueur, cache ses pleurs, rit… Il se dégage du passé et va de l’avant, leste, toujours en vie.

    « Il n’en finit pas de migrer. Plus il avance, plus la route s’étire.
    Le temps s’étend, le présent se dissocie peu à peu du but.
    Le but s’éloigne et alors, le présent envahit tout.
    Il part, et ça fait dix ans qu’il n’arrive pas à arriver. Sa vie s’efface. C’est quoi « être vivant », lorsqu’on erre à l’infini ? »

    Production : Porte27 / Coproductions : Théâtre de la Madeleine (Troyes) ; Festival des 7collines (Saint-Etienne) ; AY ROOP (Rennes), le manège-scène nationale, Reims ; Espace Périphérique –EPPGHV La Villette (Paris), Cirque Jules Verne (Amiens), Centre Pablo Picasso (Homécourt)
    Partenaires et résidences : Espace Périphérique (Mairie de Paris, Parc de la Villette) ; Lyncéus Festival, Binic ; AY-ROOP, scène de territoire pour les arts de la piste, Rennes ; Cirque Jules Verne, Pôle cirque d’Amiens ; Centre Pablo Picasso, Homécourt. Avec le soutien de Latitude 50 – Pôle des arts du cirque et de la rue (Marchin, Belgique). Avec le soutien de la DRAC Grand Est au titre de l’aide aux compagnies conventionnées et de la Région Grand Est au titre de l’aide à la résidence triennale.
    Le Collectif Porte27 est associé au Nouveau Relax, scène conventionnée de Chaumont pour la saison 2019/2020, au Centre Pablo Picasso scène conventionnée (Homécourt) et à Cirk’Eole (Montigny-les-Metz) de 2019 à 2022.

  • Danse,  Performance,  Spectacles

    OIKOS LOGOS

    Cie 1 des Si

    DANSE / MUSIQUE
    JEUDI 5 MARS – 20H
    DURÉE : 1H
    TARIF B

    Création
    Chorégraphie et mise en scène : Étienne Rochefort
    Aide à la mise en scène : Jérôme Douablin
    Musique : Jimmy Febvay, Nicolas Mathuriau et Anais Mahikian (chant)
    Interprètes : Etienne Rochefort, Marino Vanna, Maxime Cozic, Loraine Dambermont, Florian Albin
    Costumes : Mathilde Marie Lumières : Odile Ribiere

    Figure montante du paysage chorégraphique français, Etienne Rochefort s’inspire du cinéma, des esthétiques issues des nouvelles technologies ou des séries de science-fiction, pour créer des formes à la croisée des disciplines.Oïkos Logos revient à l’étymologie du terme « écologie ». Dans « oïkos », il y a « milieu », mais aussi « maison » : c’est dire que l’artiste pense ses pièces comme un tout, un foyer finement tendu de relations en perpétuelles et subtiles métamorphoses. La scène tout entière n’est pas un décor, mais un univers poreux à l’action des artistes. Ici, musique, danse et chant lyrique résonnent ensemble, au lieu de se contenter de s’accompagner. A l’instar des poupées russes, les degrés de lecture s’imbriquent pour explorer les relations qu’entretiennent les êtres vivants entre eux et avec leur environnement. Les jeux de lumière se combinent avec des gestuelles robotiques, saccadées, grêlées, et dispensent de stupéfiantes séquences illusionnistes. Les matières corporelles et musicales se fondent et déploient des visions aussi enchantées que furieusement vivantes.

    Production : Cie 1 des Si en coproduction avec : MA / Scène Nationale du Pays de Montbéliard, Pôle Sud / CDCN de Strasbourg, Le Centre Culturel André Malraux / Scène nationale de Vandœuvre-lès-Nancy, Théâtre Edwige Feuillère / scène conventionnée de Vesoul, Les 2 Scènes / Scène Nationale de Besançon, Ballet du Rhin / CCN de Mulhouse, Art danse / CDCN de Dijon Bourgogne Franche-ComtéAvec l’aide de : Ministère de la Culture, DRAC de Bourgogne Franche-Comté, Ville de Besançon, Région Bourgogne-Franche-Comté, Département du Doubs

  • Danse,  Performance,  Spectacles

    COMPACT / DIAGNOSTIC F20.9

    Jann Gallois / Cie BurnOut

    DANSE
    MARDI 11 FÉVRIER – 20H
    DURÉE : 25 + 50 MIN
    TARIF B

    COMPACT  
    Chorégraphie : Jann Gallois
    Avec : Jann Gallois et Rafael Smadja

    DIAGNOSTIC F20.9
    Solo chorégraphié et interprété par Jann Gallois
    Création musicale et vidéo mapping : Alexandre Bouvier
    Régie générale et lumières : Cyril Mulon
    Regard extérieur : Frédéric Le Van Costumes : Marie Cécile Viault

    Aujourd’hui artiste associée au Théâtre national de Chaillot et à la Maison de la Danse de Lyon, Jann Gallois est une jeune chorégraphe qui monte. Sa pratique mêle technique hip-hop et écriture contemporaine d’une incroyable précision. Cette soirée fera dialoguer deux pièces, pour une plongée dans la zone de friction «altérité-identité»…

    Compact

    Compact a pour point de départ une contrainte : le contact extrême et permanent entre deux corps, ceux de Jann Gallois et de Rafael Smadja. Le temps d’un face-à-face passant par toutes les humeurs, ils ne se quitteront pas d’une semelle. Un duo fait de glissades et d’harmonie, de physicalité et de douceur, au point que le tandem semble fusionner en un seul corps.

    Pour Diagnostic F20.9 qu’elle interprète seule en scène, Jann Gallois a choisi de limiter ses mouvements à 9 m2, image simple et efficace de l’enfermement provoqué par la maladie mentale. « Sculpter un double corps dans un esprit tiraillé » : pour danser la perte de contrôle, elle a rencontré des personnes atteintes de schizophrénie et s’est inspirée de l’autobiographie d’Arnhild Lauveng, Demain, j’étais folle. Passant du rire aux larmes, du tendu et rapide au relâché-tempéré, la soliste donne matière à la souffrance. Sur scène, sa silhouette de working-girl se tend progressivement, éclate, se rassemble, jouant sur son propre double en proie à des démons.

    « Compact est un des plus fascinants duos de l’histoire de la danse. Cette pièce taillée avec une rigueur de statisticien et tout ce qu’il faut de poésie, signe l’étonnant travail de Jann Gallois ».
    Le Figaro, Ariane Bavelier

    « Voir Diagnostic F20.9 est indispensable. Jann Gallois n’a peur de rien, et surtout pas de s’attaquer à des thèmes difficiles. Celui de ce spectacle est particulièrement téméraire et plonge au plus profond de l’humain.
    Le résultat est puissant, inventif, impeccable ! »
    Télérama, Rosita Boisseau

    Production : Cie BurnOut / COMPACT : Coproduction : Théâtre de Suresnes Jean Vilar / Cités danse connexions
    Avec le soutien de la DRAC Ile-de-France • CDCN Le Pacifique | Grenoble • Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne / Compagnie Käfig direction Mourad Merzouki dans le cadre de l’Accueil Studio • CCG La Gomera (Espagne) • Dantzagunea Gipuzkoa (Espagne) Jann Gallois est Artiste associée au Théâtre national de Chaillot et à la Maison de la Danse, Lyon. DIAGNOSTIC F20.9 : Coproductions : Théâtre de Suresnes Jean Vilar, Maison Folie Wazemmes de Lille, ARCADI Ile-de-France / Dispositifs d’accompagnements, IADU (Fondation de France / La Villette avec le soutien de la Caisse des Dépôts et de l’Acsé), La Briqueterie / CDCN du Val-de-Marne, Atelier de Paris / CDCN
    Avec le soutien de la DRAC Île-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication. Remerciements Estelle Botvinik et le Centre Médical Colbert de Paris 12. Jann Gallois est Artiste associée au Théâtre national de Chaillot et à la Maison de la Danse, Lyon.
    Jann Gallois | Cie BurnOut reçoit le soutien de la DRAC Île-de-France au titre de l’aide à la structuration – Ministère de la Culture, de la Région Île-de-France au titre de la permanence artistique et culturelle ainsi que de la Fondation BNP Paribas.

  • Actions Artistiques,  ARTS PLASTIQUES,  Danse,  Jeune Public,  Spectacles

    EN UN ÉCLAT

    DANSE / THÉÂTRE
    JEUDI 30 ET VENDREDI 31 JANVIER – 9H ET 10H30
    DURÉE : 35 MIN
    TARIF C / SCOLAIRE
    DÈS 2 ANS

    Conception et mise en scène : Laurance Henry
    Assistante chorégraphique : Pauline Maluski
    Interprétation : Françoise Bal Goetz, Jordan Malfoy
    Composition musique : Philippe Le Goff
    Assistant composition et arrangements : Fred Laugt
    Assistant mise en scène et lumières : Erik Mennesson
    Costumes : Sophie Hoarau
    Accessoires : Olivier Droux, Julie Runget
    Technique : Ronan Ménard, Pierre Bergan
    Chargée de production : Laurène Blanckaert

    Le plateau est une page blanche, circulaire. La page s’écrit dans un goutte-à-goutte de peinture rouge, qui marque le temps. Deux corps, deux danses, deux âges se rencontrent pour habiter ce paysage, dessiné sous l’impulsion des gestes chorégraphiques. Françoise Bal Goetz, danseuse classique et contemporaine, aérienne, et Jordan Malfoy, danseur de hip hop, ancré au sol, presque cinquante ans d’écart, jouent leurs présences au monde. Entre eux, la rencontre s’esquisse : lentement, car la femme âgée a le temps… Maladroitement, parce que le jeune homme, gourmand, est impatient.
    Le rouge envahit l’espace, différent sous le pinceau de l’un ou de l’autre : fluide ou fougueux, effleuré ou plein… Les deux êtres se regardent, se disent, et finalement apprennent l’un de l’autre. Elle, en laissant revenir les gestes de l’enfance. Lui, en les regardant doucement s’éloigner. Ce sont deux corps réversibles qui changent d’échelle et laissent sur la page l’empreinte de leur mutation. L’enfance est un éclat qui surgit en chacun de nous, à tous les âges de la vie…

    Coproduction : a k entrepôt, La Garance Scène Nationale de Cavaillon, Le Volcan Scène Nationale du Havre, Scène Croisées de Lozère scène conventionnée, Aveyron Culture,  Agglomération Sud Pays Basque, Très Tôt Théâtre scène conventionnée de Quimper, La Passerelle Centre Culturel de Rixheim, Théâtre du Pays de Morlaix, Centre Culturel Quai des Rêves à Lamballe, Saint Brieuc Armor Agglomération
    Soutiens : Ministère de la Culture (DRAC Bretagne) dans le cadre du plan Génération Belle Saison, Centre Culturel La Ville Robert, Pordic, Cie soutenue par la Région Bretagne ; avec la participation de la Ville de Saint Brieuc. La compagnie a k entrepôt est conventionnée par le Ministère de la Culture (DRAC Bretagne), le Conseil Départemental des Côtes d’Armor, la Communauté de Communes de Moncontour.

  • Danse,  Spectacles,  Tout public

    MAN REC / TRAIT D’UNION

    Amala Dianor

    DANSE
    MARDI 10 DECEMBRE – 20H
    DURÉE : 25 + 30 MIN
    TARIF B

    MAN REC
    Chorégraphie et interprétation : Amala Dianor
    Assistante à la chorégraphie : Rindra Rasoaveloson
    Musique : Awir Leon

    TRAIT D’UNION
    Chorégraphie : Amala Dianor
    Interprétation : Sarah Cerneaux et Julien Breton
    Lumières : Guillaume Février Musique : Awir Léon

    La rencontre entre les individualités est le moteur du processus de création qui anime les pièces d’Amala Dianor. Cette soirée en diptyque propose de découvrir à la fois le danseur « félin » et le chorégraphe adepte d’un hip-hop métissé de danse contemporaine et africaine.

    Man Rec signifie « seulement moi » en wolof, langue la plus parlée au Sénégal où Amala Dianor est né. Avec ce solo, conçu et interprété par lui, le danseur / chorégraphe s’exprime explicitement à la première personne. Faisant retour vers ses origines multiples, il se saisit de tout ce qui le constitue en tant qu’individu et en tant qu’artiste. Dénuée de nostalgie mais emplie d’énergie, cette quête identitaire en mouvement(s) l’amène à investir les divers territoires qui fondent son univers chorégraphique, des danses urbaines à la danse contemporaine en passant par les danses africaines. De strate en strate, de geste en geste, il se dévoile peu à peu et se retrouve « seulement lui » devant le public : un fervent cheminement introspectif, tendu vers l’essence de l’être.

    Teaser Man Rec

    « Si les félins pouvaient danser, ils le feraient comme Amala Dianor, avec cette légèreté toute en souplesse nerveuse qui est sa manière de bouger. Nourri de danse contemporaine, de néo-classique et de danse africaine, ce natif du Sénégal est l’un des rares à renouveler la gestuelle hip-hop en la libérant de ses figures imposées. Unique et sensible, son langage singulier transcende les genres ». 
    Arte TV

    Trait d’union

    Dans Trait d’union, Amala Dianor convie une danseuse et un calligraphe, des êtres qui n’ont a priori rien en commun, à se rencontrer sur le plateau. En confrontant leurs énergies et leurs techniques, les deux artistes vont réinventer ensemble un langage, par-delà les frontières artistiques et stylistiques. Chez Amala Dianor la danse est terrain d’entente, espace où s’épaulent les contraires, et chemin de vie.

    Teaser Trait d’union

    Man Rec – Production : Cie Amala Dianor / Kaplan. Coproduction : CNDC Angers, avec le soutien de la DRAC Pays de la Loire et la Ville d’Angers
    Trait d’union – Coproduction : POLE SUD-CDCN Strasbourg, Scènes de pays dans les Mauges, théâtre Jean Vilar-Suresnes, Centre de la danse GPS&O Pierre-Doussaint. Avec le soutien du Département du Maine-et-Loire, de la Région Pays de la Loire et de la SPEDIDAM
    La compagnie Amala Dianor est conventionnée par la DRAC Pays de la Loire, soutenue par la Ville d’Angers et la Région Pays de la Loire. Amala Dianor est artiste associé à POLE-SUD- CDCN de Strasbourg (2016/2019), ainsi qu’à la Maison de la danse de Lyon-Pôle européen de création.

  • Actions Artistiques,  ARTS PLASTIQUES,  Danse,  Jeune Public,  Spectacles

    SWING MUSEUM

    Héla Fattoumi / Éric Lamoureux

    DANSE / ARTS PLASTIQUES
    JEUDI 5 ET VENDREDI 6 DÉCEMBRE – 10H ET 14H15
    SAMEDI 7 DÉCEMBRE – 11H

    DURÉE : 45 MIN
    TARIF C / SCOLAIRE
    DÈS 4 ANS

    Librement inspiré de Jean Hans Arp
    Chorégraphie : Héla Fattoumi, Éric Lamoureux
    Interprétation : Jim Couturier
    Scénographie et images : Stéphane Pauvret
    Création Lumière : Jimmy Boury
    Création Costumes : Gwendoline Bouget
    Création Musicale : Éric Lamoureux
    Construction des OSCYLS : Cyril Cornillier
    Direction Technique : Thierry Meyer

    Swing Museum propose un voyage imaginaire à la croisée de la danse, de l’art dadaïste, des marionnettes et de l’imagerie vidéo. Ce conte féérique au décor mouvant raconte l’histoire surprenante d’un gardien de musée qui fait un rêve éveillé. Dans la salle où il passe ses journées, les sculptures inspirées de l’artiste Hans Arp s’animent et à son contact, semblent prendre vie. Elles basculent, tournoient, se penchent et entrent dans la danse. Surnommées “oscyls” en référence à leurs facultés d’ondulation, ces présences étranges éprises de liberté, deviennent peu à peu des partenaires de jeu et embarquent leur cavalier dans des duos et corps-à-corps délicats ou échevelés, entre rêve et réalité… Dans ce musée merveilleux, au gré des images projetées en 3D, tout un espace onirique prend vie et s’anime…

    « La métamorphose du gardien en danseur à la découverte de ces entités engage le corps dans un joli dialogue : toucher, pousser, imiter, défier, caresser, séduire, affronter… La danse naît de l’expérimentation de ces registres et de l’espace qui se dilate et se réfracte en fonction des réactions de la matière. C’est drôle, vivant, habité ! »
    La Terrasse, Nathalie Yokel

    Production : VIADANSE – Centre chorégraphique national de Bourgogne Franche-Comté à Belfort/ Coproduction : MA, scène nationale Pays de Montbéliard

  • Danse,  Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    FKRZICTIONS

    Cie L’iMaGiNaRiuM

    THÉÂTRE / DANSE
    JEUDI 21 NOVEMBRE – 20H
    DURÉE : 1H30
    TARIF B

    Librement adapté de Le Marque page et Le Thème étranger de Sigismund Krzyzanowski, ainsi que de Julius Corentin Acquefacques de Marc-Antoine Mathieu.
    Avec : Damien Briançon, Julien Geffroy, Sofia Teillet, Thomas Carpentier, Yann Argenté et les figurants
    Mise en scène et adaptation : Pauline Ringeade
    Collaboration chorégraphique : Damien Briançon
    Création sonore : Thomas Carpentier
    Scénographie et construction : Hervé Cherblanc
    Création Lumière : Fanny Perreau
    Costumes : Aude Bretagne
    Régie Générale et plateau, construction : Yann Argenté
    Images : Mali Arun et Pauline Ringeade, Benoit Bretagne et Nicolas-Pierre Réveillard
    Régie Vidéo : Pierre Mallaisé
    Développement Compagnie : Florence Bourgeon
    Production : La Poulie Production, Laure Woelfli et Frédérique Wirtz
    Stagiaire mise en scène : Joséphine Grout de Beaufort
    Stagiaire Costumes : Thelma Di Marco

    Julius est un rêveur qui habite une toute petite pièce, près du Ministère où il travaille. Crise du logement oblige, il la sous-loue à deux collègues qui font comme lui les « 3-16 » et occupent successivement le lit ou le lavabo. Le problème est que Julius rêve beaucoup, dans cet espace-temps étriqué qui ne peut plus contenir la foule de ses nuits. Et lorsque les êtres rêvés deviennent plus vrais que leur rêveur, celui-ci disparaît. Comment s’échapper des univers pressés et oppressants, sortir du cadre et trouver des espaces ouverts à nos imaginaires, à la littérature ? Julius essaie tout, découvre une lotion pour agrandir les pièces et traverse même le Rien. Pièce théâtrale et chorégraphique, ballet surréaliste porté par des comédiens-danseurs professionnels et amateurs, Fkrzictions enchâsse rêve, fiction et réalité sur la scène.

    Évoquant Beckett, Kafka ou Kantor, l’étrange histoire interroge le rapport de l’homme à son cadre de vie, dans un environnement totalitaire. Inspirée par deux recueils du mystérieux génie russe Sigismond Krzyzanowski et la série BD Julius Corentin Acquefacques de l’auteur-illustrateur Marc-Antoine Mathieu, Pauline Ringeade nous entraîne dans des contrées fantastiques, à la fois politiques, métaphysiques et follement absurdes.

    « C’est un hallucinant voyage au pays des fictions que nous propose Pauline Ringeade. Ludique de bout en bout, le spectacle commence par nous projeter dans la sombre utopie d’un huis clos où l’on partage une chambre à trois. Mêlant la chorégraphie à de multiples références au théâtre, l’exercice de style s’amuse au final à briser avec humour le quatrième mur, pour chuter sur le happy end vertigineux d’une mise en boucle, au comique dévastateur ».
    Les Inrockuptibles, Patrick Sourd

    Production : Cie L’iMaGiNaRiuM / Coproduction : Le Granit, scène Nationale de Belfort ; La Comédie de l’Est, CDN de Colmar. Texte lauréat de la Commission nationale d’Aide à la création de textes dramatiques – Artcena.
    Soutiens : DRAC Grand Est, Région Grand Est, Spedidam, Ville de Strasbourg, le TAPS – Théâtre Actuel et Public de Strasbourg, DICREAM. La compagnie bénéficie du dispositif de la Région Grand-Est d’aide au développement des équipes artistiques du spectacle vivant pour la période 2019-2021.Le Marque page ; Le Thème étranger, S. Krzyzanowski : Éd. Verdier. Julius Corentin Acquefacques, MA Mathieu (vol. BD 1 à 6) : © Éd. Delcourt.

  • Danse,  Spectacles,  Tout public

    MA VIE EST UN CLIP

    Cie Marinette Dozeville

    DANSE
    JEUDI 7 NOVEMBRE – 20H
    DURÉE : 1H20
    TARIF C

    Chorégraphie, interprétation, collectage : Marinette Dozeville
    Collectage, création et régie vidéo : Do Brunet
    Composition sonore, collectage, régie générale : Hubert Michel
    Regard dramaturgique : L u v a n
    Création lumière : Aurélie Perret

    Ma vie est un clip interroge la pratique intime de la danse chez soi. Moment de lâcher-prise paradoxalement très courant et intime, cette pratique transforme chacun de nous en danseur, l’espace d’un instant d’abandon et de jubilation… A partir de nombreux témoignages audio et vidéo de participants éclectiques, héros éphémères de leur cuisine ou de leur salon, la nouvelle création de Marinette Dozeville explore cette pulsion dansante. Tout en tentant de répondre à différentes questions (où chercher l’origine de cette « impulsion dansante » ? Quelle est la nature de cet élan chorégraphique ? Existe-t-il une nécessité vitale à habiter son corps dansant, à jubiler dans un corps héroïque ?), elle explore la relation personnelle, empreinte d’héritages culturels, que nous entretenons avec notre corps.

    Ma vie est un clip – Cie Marinette Dozeville

    Production : Yapluka / Cie Marinette Dozeville/ Coproductions : La Barcarolle / EPCC Spectacle vivant Audomarois, Comportements sonores, Le Nouveau Relax, Scène conventionnée de Chaumont. Soutiens : Manège de Givet, Abbaye de Noirlac, Théâtre Louis Jouvet de Rethel – Scène conventionnée d’intérêt national, Le Manège, scène nationale – Reims, Césaré Centre national de création musicale et Saint-Ex, Culture numérique – Reims. La Cie Marinette Dozeville est conventionnée par la Région Grand Est au titre de l’aide triennale au développement, par le Conseil Départemental de la Marne ainsi que par la Drac Grand Est au titre de l’aide au projet, et par la Ville de Reims. Elle est compagnie associée au Nouveau Relax, Scène Conventionnée de Chaumont pour la saison 2019-20. Remerciements : Marc Piéra, Eric Petit, Frederic Xavier Liver, Mazda et l’Ail en chemise.