• Cirque,  Danse,  Performance,  Spectacles,  Tout public

    I WOKE UP IN MOTION

    Collectif Porte27

    CIRQUE / VIDÉO / MUSIQUE
    MARDI 12 MAI – 20H
    DURÉE : 1H
    TARIF : B

    Création
    Écriture, images et corps : Vasil Tasevski
    Lumières : Elsa Revol
    Musique, interprétation : Julien Chamla, Marco Quaresimin, Lawrence Williams
    Son : Alexis Auffray
    Aide à l’écriture, poésie : Marion Collé
    Stylisme : Aurore Thibout
    Regard chorégraphique : Élodie Sicard
    Dessin : Suzanne Sebö
    Programmation : Etienne Landon
    Administration : Anne Delépine
    Production : Triptyque Production / Marie Pluchart

    Pièce de cirque croisant arts plastiques, danse, vidéo et musique improvisée, I woke up in motion tente de répondre à cette question : comment rendre palpable le sentiment d’errance, indissociable du désir d’un ailleurs et d’une confrontation à un présent ? Sur le plateau, un homme chemine, irrésistiblement attiré par une issue pourtant incertaine. Tantôt en proie à l’angoisse, ou submergé par de soudaines bouffées d’espoir, il ne cesse d’avancer. Il tourne, s’élance, plonge en lui-même, ralentit, accélère, se perd, se retrouve, broie ses souvenirs, se tend vers son but, s’étale, vaincu, se relève, blême, s’arme de courage, vainqueur, cache ses pleurs, rit… Il se dégage du passé et va de l’avant, leste, toujours en vie.

    « Il n’en finit pas de migrer. Plus il avance, plus la route s’étire.
    Le temps s’étend, le présent se dissocie peu à peu du but.
    Le but s’éloigne et alors, le présent envahit tout.
    Il part, et ça fait dix ans qu’il n’arrive pas à arriver. Sa vie s’efface. C’est quoi « être vivant », lorsqu’on erre à l’infini ? »

    Production : Porte27 / Coproductions : Théâtre de la Madeleine (Troyes) ; Festival des 7collines (Saint-Etienne) ; AY ROOP (Rennes), le manège-scène nationale, Reims ; Espace Périphérique –EPPGHV La Villette (Paris), Cirque Jules Verne (Amiens), Centre Pablo Picasso (Homécourt)
    Partenaires et résidences : Espace Périphérique (Mairie de Paris, Parc de la Villette) ; Lyncéus Festival, Binic ; AY-ROOP, scène de territoire pour les arts de la piste, Rennes ; Cirque Jules Verne, Pôle cirque d’Amiens ; Centre Pablo Picasso, Homécourt. Avec le soutien de Latitude 50 – Pôle des arts du cirque et de la rue (Marchin, Belgique). Avec le soutien de la DRAC Grand Est au titre de l’aide aux compagnies conventionnées et de la Région Grand Est au titre de l’aide à la résidence triennale.
    Le Collectif Porte27 est associé au Nouveau Relax, scène conventionnée de Chaumont pour la saison 2019/2020, au Centre Pablo Picasso scène conventionnée (Homécourt) et à Cirk’Eole (Montigny-les-Metz) de 2019 à 2022.

  • Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    LA RIVIÈRE

    Denis Lachaud / Cie en attendant…

    THÉÂTRE
    MERCREDI 6 MAI – 20H
    JEUDI 7 MAI – 10H
    DURÉE : 1H15
    TARIF C / SCOLAIRE
    DÈS 11 ANS

    Texte : Denis Lachaud
    Avec Christophe Carassou, Thomas Debaene et Sylvain Pottiez 
    Mise en scène : Jean-Philippe Naas 
    Scénographie : Mathias Baudry
    Lumières : Nathalie Perrier 
    Costumes : Juliette Barbier
    Musique : Julie Rey
    Régie générale : Samuel Babouillard 
    Régie lumières : Benjamin crouigneau 
    Régie son : Christophe Pierron
    Production : Audrey Roger

    Trois frères entreprennent de vider leur maison de famille. Chacun trie ce qui lui semble souhaitable de jeter ou de garder. Et parmi les trésors anciens mis à jour, apparaissent des objets qui ravivent des souvenirs. La découverte d’une flûte fait rejaillir la légende du Joueur de flûte de Hamelin, que les parents racontaient le soir au coucher.
    À partir de ce souvenir, Alban, Émile et Olivier s’immergent dans leur propre intimité. Le récit de leur histoire se mêle au conte, car les questions qu’il soulève – en particulier le non-respect de la parole donnée et ses conséquences – résonnent avec le regard qu’ils portent sur leur enfance. Le temps des retrouvailles est alors l’occasion de faire un état des lieux de ce qui reste des années partagées en famille. Sur le ton de la confidence, les trois frères délivrent chacun leur parole. Et ce sont trois solitudes, trois visions du monde, fraternelles mais dissemblables qui apparaissent.
    Le metteur en scène Jean-Philippe Naas et l’auteur Denis Lachaud ont tissé ensemble cette histoire, née de leurs questionnements sur le plaisir de la lecture et la place du livre dans la construction de l’individu. Tout comme la flûte a sauvé ou condamné les enfants de Hamelin, une œuvre littéraire peut-elle impacter nos vies ?

    Coproduction : Dieppe Scène Nationale DSN Avec l’aide de la Ville de Dijon, du Conseil départemental de Côte d’Or, du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, de la DRAC Bourgogne Franche-Comté
    Avec le soutien du Nouveau Relax, scène conventionnée de Chaumont, de l’Agence culturelle Grand Est et du Théâtre Dijon Bourgogne, CDN

  • Cirque,  Performance,  Spectacles,  Tout public

    PARBLEU !

    Atelier Lefeuvre & André

    CIRQUE
    MERCREDI 29 AVRIL – 20H
    DURÉE : 1H
    TARIF B

    Création
    Conception et interprétation : Didier André et Jean-Paul Lefeuvre
    Lumières : Philippe Bouvet

    Voilà bientôt vingt ans qu’ils se tirent le maillot avec une complicité toujours plus naturelle. Au fil du temps, Jean-Paul Lefeuvre et Didier André ont affirmé leur attachement à une forme d’artisanat laborieux et modeste, faisant d’eux les adeptes d’une sorte de “slow cirque”.

    Parbleu ! leur nouveau spectacle, aspire à un minimalisme qui met en scène l’esprit même de cet artisanat. Exploitant jusqu’au trognon des accessoires trouvés au fond de leur atelier (planche, truelle, boule de pétanque ou masse de chantier), ils détournent ces ustensiles d’apparence banale avec une dextérité méticuleuse.
    Le cercle n’étant plus leur rayon, ils évoluent désormais dans un rectangle dont le règlement intérieur est celui du bac à sable : toutes les fantaisies sont permises, à condition qu’elles s’incarnent avec application. Leur jeu dépouillé contribue à créer un univers où l’inutilité le dispute au dérisoire, où l’absurde s’étire jusqu’au rire, pour que, finalement, la poésie apparaisse comme le dénominateur commun de tous leurs vains efforts…

    Coproduction : Scène nationale de l’Essonne Agora-Desnos
    Avec le concours financier du Département de l’Essonne. Avec le soutien du Théâtre d’Auxerre, du Teatro Dimitri de Verscio (CH) et du Forman Brothers Theatre (CZ). Avec la complicité de La Grenouillère de La Madeleine-sous-Montreuil

  • Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    CONVULSIONS

    Hakim Bah / Frédéric Fisbach

    THÉÂTRE
    MARDI 7 AVRIL – 20H
    DURÉE : 1H30
    TARIF B

    Avec Ibrahima Bah, Maxence Bod, Madalina Constantin, Lorry Hardel, Nelson-Rafaell Madel, Marie Payen
    Texte : Hakim Bah
    Mise en scène : Frédéric Fisbach
    Dramaturgie : Charlotte Lagrange
    Scénographie : Charles Chauvet
    Création lumières : Léa Maris
    Création son, régie générale : Estelle Lembert
    Assistant à la mise en scène : Imad Assaf

    Dans une écriture qui n’hésite pas à prendre les « mots au corps », l’auteur guinéen Hakim Bah transpose Thyeste et la tragédie des Atrides au cœur de notre monde contemporain. Violences familiales, sociales, économiques : Convulsions est un conte d’anticipation aux accents abrupts et burlesques. Entre un terrain de basket et un aéroport, il est ici question de propriété, de territoire à conquérir, d’exil. De fratricide, d’adultère et d’infanticide aussi, thèmes extirpés de l’œuvre de Sénèque pour éclairer les errements de notre époque. Dans ce texte pour lequel Hakim Bah a reçu le Prix Théâtre RFI en 2016, Thyeste, Atrée et Érope enjambent les siècles pour se frotter aux enjeux intimes et politiques de notre monde techno-globalisé.
    Sur scène, Frédéric Fisbach s’entoure de comédiens d’horizons divers. Les rôles tournent entre les femmes et les hommes, de manière à ce qu’on éprouve la griserie de s’y perdre, pour mieux s’y retrouver… L’action progresse par ellipses, portée par des présences, des engagements, des accents singuliers et multiples. Allant au bout de son absurdité, la violence se mêle au grotesque, qui interroge notre capacité à accepter l’inacceptable, tout en exaltant le plaisir du théâtre. D’une exceptionnelle intensité dramatique, Convulsions est la preuve éclatante de la nécessité, pour penser et cultiver l’humain en nous, de s’ouvrir à ce qui n’est pas nous : l’étranger, le différent, l’autre.

    « L’écriture contribue à ouvrir un champ d’investigation que seul le langage poétique peut générer. Convulsions se présente comme une expérience hors du commun même si paradoxalement, son objet est de représenter la répétition du même. Un grand moment de théâtre ».
    Le bruit du Off, Yves Kafka

    Production : Ensemble Atopique II / Coproduction : Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines. L’auteur a reçu le Prix Théâtre RFI 2016. Le texte est édité par Théâtre Ouvert/Tapuscrits (Editions) – Coédition RFI
    Avec le soutien de la MC 93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis et de La Comédie de Saint-Etienne, Centre dramatique national, du Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, D.R.A.C. et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Avec l’aide à la création de l’association Beaumarchais-SACD, le soutien de l’Adami, de la Spedidam et de la Culture avec la Copie Privée. Convulsions est lauréat de l’Aide à la création de textes dramatiques – ARTCENA La compagnie Ensemble Atopique II est conventionnée depuis 2016 par la Direction des Affaires Culturelles de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

  • Actions Artistiques,  Cirque,  Jeune Public,  Spectacles,  Tout public

    NAWAK

    Wilmer Marquez / Cie El Nucleo

    CIRQUE
    MARDI 31 MARS – 10H ET 14H15
    DURÉE : 45 MIN
    TARIF C / SCOLAIRE
    DÈS 8 ANS

    Création
    Écriture et mise en scène : Wilmer Marquez
    Avec : Diego Ruiz Moreno, Camille Detruchis, Wilmer Marquez

    Ce que je vois est-il bien réel ?
    Qui sont-ils ? Garçons ou filles ?
    Y a-t-il une histoire ?
    Est-ce que c’est beau ?
    Je ne comprends rien… C’est normal ?

    Et si on arrêtait de se poser continuellement des questions, pour vivre l’instant présent en acceptant de se faire surprendre ? Et si on se laissait juste faire par son imaginaire ?

    Nawak, c’est drôle et intrigant en même temps ; c’est onirique et concret aussi…

    La nouvelle création de la compagnie El Nucleo s’appuie sur ces clichés qu’on énonce, sans même s’en apercevoir. Notre vision du monde ne serait-elle pas, dès le plus jeune âge, façonnée par le conditionnement de nos pensées ?

    Spectacle autoproduit par la Cie El Nucleo.Coproduit par les Ateliers Médicis de Clichy-sous-Bois. Avec le soutien des Trois T-Châtellerault et la Ville de Bernay. La compagnie est soutenue par la Région Normandie pour l’ensemble de ses activités.

  • Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    QUITTER LA TERRE

    Cie SNAUT

    THÉÂTRE
    JEUDI 26 MARS – 20H
    DURÉE : 1H30
    TARIF B

    Texte et mise en scène : Joël Maillard
    Conception et jeu : Joëlle Fontannaz, Joël Maillard
    Avis sur tout : Tiphanie Bovay-Klameth
    Lumière et direction technique : Dominique Dardant
    Régie lumière : Dominique Dardant ou Matthieu Lecompte
    Régie son et vidéo : Jérémie Conne ou Cédric Simon
    Maquettes et dessins : Christian Bovey
    Création vidéo : Daniel Cousido
    Musique : Louis Jucker
    Synthèse 12-bits : Skander Mensi (arc-en-ciel électronique)
    Construction : Yves Besson
    Conseils costumes : Tania D’Ambrogio
    Production et administration : Tutu production – Véronique Maréchal Diffusion : Infilignes – Delphine Prouteau

    À l’heure où le climat se dérègle, où le CO2 nous empoisonne, où une partie de l’humanité́ est en sous-nutrition, quelle solution pouvons-nous inventer pour sauver la vie humaine à la surface du globe ?
    Pour répondre à cette question, deux conférenciers nonchalamment à côté de la plaque exhument d’un carton un projet futuriste étrange. Celui-ci prévoit la survie dans le cosmos d’une poignée d’individus, alors que l’humanité rendue stérile s’éteint sur notre planète en total désastre écologique.
    Théâtre d’humour et de science-fiction où se côtoient absurde et utopie, Quitter la Terre est néanmoins ancré dans cette sérieuse inquiétude que représentent les défis écologiques, économiques et démographiques contemporains. Entre méditation loufoque pré-apocalyptique et bricolage futuro-sceptique, le spectacle nous rappelle, sans que rien ne soit asséné, aux défis qu’il nous appartient aujourd’hui de relever et à la cohabitation qu’exige tout avenir durable.

    « Quitter la Terre a tout pour emballer. Son sujet d’abord, fantasme archaïque et scénario désormais plausible ; la gravité foutraque du texte ensuite, joué par des comédiens au diapason. Enfin, les mille et une spéculations
    qu’inspire la «dystopie», autrement dit l’utopie négative ».
    Le Temps, Alexandre Demidoff

    Coproduction : Arsenic-Centre d’art scénique contemporain-Lausanne, Fédération d’Associations de Théâtre Populaire (FATP). Soutiens : Ville de Lausanne, Canton de Vaud, Loterie Romande, Pro Helvetia, CORODIS, Pour-cent culturel Migros, Fondation Ernst Göhner Stiftung, Fondation Suisse des Artistes Interprètes, Fondation Jan Michalski, FEEIG. Remerciements : Tamara Bacci, Lucien Bridel, Michael Egger, Filippo Filliger, Mathieu Grizard, Maude Lançon, Lucille et Sandra Romanelli, Victor Lenoble, Laurence Perez etla Sélection suisse en Avignon, Antoinette Rychner, Valerio Scamuffa, Dorothée Thébert Filliger

  • Actions Artistiques,  Conte musical,  Jeune Public,  Spectacles,  Théâtre

    CHAQUE JOUR UNE PETITE VIE

    Cie Méli Mélodie

    THÉÂTRE MUSICAL
    JEUDI 19 ET VENDREDI 20 MARS – 9H ET 10H30
    SAMEDI 21 MARS – 11H
    DURÉE : 35 MIN
    TARIF C / SCOLAIRE
    DÈS 3 ANS

    Conception : Esther Thibault
    Composition et écriture : Esther Thibault et Sylvia Walowski
    Jeu : Esther Thibault et Sylvia Walowski
    Regard extérieur : Julie Minck
    Création lumières : Luc Souche
    Costumes : Sabine Armand
    Chargée de production : Gaëlle Mafart
    Avec Marion Guy et Esther Thibault ou Sylvia Walowski

    J’aime le jour de mon anniversaire, rallumer les bougies, souffler mille fois. J’aime les jours d’été, sentir le sable sous mes pieds. J’aime les jours d’école, quand arrive l’heure des mamans… Chacun d’entre nous se souvient de ces moments, plaisirs simples ou grands rituels de l’enfance. Au fil de petites histoires courtes, deux comédiennes les font revivre en chansons, dans une exploration sonore en français, japonais ou polonais, à la croisée des musiques traditionnelles et actuelles. La musicalité des mots, la texture des voix et la surprise des sons avivent les sensations et les émotions. Un spectacle sensible, délicat et intimiste où l’on se sent comme dans un cocon. Un condensé de saynètes tendres, d’instants présents, de rencontres, de partages…

    « Un univers musical harmonieux qui sait faire naître l’étincelle du sourire
    et le plaisir de l’émotion. » 
    Télérama Sortir, Françoise Sabatier-Morel

    Production : Compagnie Méli Mélodie / Co-production : Théâtre Antoine Vitez – Ivry, JM France, Paloma
    Résidences et soutiens : Eveil Artistique – Scène conventionnée pour le jeune public, Théâtre Jacques Cœur. Ce spectacle a reçu l’aide de la Spédidam et l’aide à la création de la Région Occitanie et de la Ville de Montpellier.  Il est soutenu par la Sacem. La compagnie est conventionnée par le département de l’Hérault

  • Spectacles,  Théâtre,  Tout public

    SÉISME

    Duncan Macmillan / Cie Théâtre du Prisme

    THÉÂTRE
    MARDI 17 MARS – 20H
    DURÉE : 1H20
    TARIF B

    Première création française du texte de Duncan Macmillan
    Mise en scène et scénographie : Arnaud Anckaert
    Traduction : Séverine Magois
    Avec Shams El Karoui et Maxime Guyon
    Scénographie : Arnaud Anckaert et Olivier Floury
    Musique : Maxence Vandevelde          
    Construction : Alex Herman
    Collaboration costumes : Alexandra Charles
    Codirectrice : Capucine Lange
    Administration : Mathilde Bouvier, Christine Sénéchal
    Diffusion et accompagnement : Camille Bard (2C2B Prod), Matthias Bailleux

    Portés par l’envie de faire un enfant, F et H, un couple ordinaire, s’interrogent et retracent leur histoire. Comment imaginer donner la vie dans ce monde où les questions liées au terrorisme, à la guerre, à l’écologie, engendrent pression et peur de l’avenir ? Comment devenir parents et rester un couple ? Comment ne pas transmettre ce que l’on a de pire en nous ? On retrouve dans Séisme la « patte exigeante » du metteur en scène Arnaud Anckaert, que nous avions accueilli la saison dernière avec Constellations : ici chaque expression, regard ou intonation est juste, tranchant, à vif. Shams El Karoui et Maxime Guyon sont ce couple, qui s’affronte autour d’un enfant et s’amuse du quotidien avec un humour féroce, salutaire et indispensable. Avec rien, un fond blanc et des mots, ils construisent leur vie et bien plus largement, des existences multiples, démultipliées. Tant F et H, ce couple qui n’a justement pas de nom, peut sembler ordinaire, banal : deux personnes imparfaites, mais profondément humaines…
    Duncan Macmillan nous livre une histoire d’amour brutalement honnête, audacieuse et actuelle. Avec tout ce qui fait le sel des textes anglo-saxons – humour, vitalité et efficacité dans la forme – il donne la parole à une génération pour qui l’incertitude est un mode de vie.

    « Deux comédiens brillants pour une histoire vieille comme le monde, la traversée d’une vie, pas toujours paisible, mais si passionnée. C’est follement drôle et si sensible ».
    L’Humanité, Gérald Rossi

    « Vif, drôle, touchant, ce dialogue est mené sur un ton faussement quotidien par deux comédiens délicieusement complices qui, par-delà les jeux du langage et du théâtre, nous ramènent à nous-mêmes. C’est beau comme une tempête de sentiments humains aux flux et reflux incessants contrariés ».
    La Croix, Didier Méreuze

    Extraits Séisme

    Production : Compagnie Théâtre du prisme, Arnaud Anckaert et Capucine Lange / Coproduction : La Ferme d’en Haut, Villeneuve d’Ascq, Théâtre Benno Besson, Yverdon-les-Bains (Suisse)   
    Accueil en résidence :La Comédie de Béthune CDN Hauts-de-France ; La Médiathèque La Corderie, Marcq-en-Barœul ; Le Grand Bleu Lille. Soutien : Prise Directe, la SPEDIDAM
    La Cie Théâtre du prisme est conventionnée par Le Ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Hauts-de-France, Le Conseil Régional Hauts-de-France. Soutenue par le Département du Pas-de-Calais au titre de l’implantation, Le Département du Nord, La Ville de Villeneuve d’Ascq. Cie associée au Théâtre Jacques Carat – Cachan. L’auteur est représenté dans les pays de langue française par l’Agence R&R, Renauld and Richardson, Paris, en accord avec l’Agence Casarotto Ramsay & Associates Ltd, London. Pièce traduite avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, centre international de la traduction théâtrale. Lungs (titre original de la pièce), commande de la compagnie Paines Plough, a été créée à Sheffield en octobre 2011, dans une mise en scène de George Perrin.

  • Actions Artistiques,  Conte musical,  Jeune Public,  Spectacles

    LOUISE

    Karin Serres / Cie La Tortue

    CONTE MUSICAL
    MERCREDI 11 MARS – 18H
    JEUDI 12 MARS – 10H ET 14H15
    DURÉE : 50 MIN
    TARIF C / SCOLAIRE
    DÈS 7 ANS

    Réécriture : Karin Serres, d’après sa pièce Louise Les ours
    Conception, récit, kora : Delphine Noly
    Mise en scène, dramaturgie : Anne Marcel
    Compositeur et musicien électroacoustique : Cristian Sotomayor
    Oreille extérieure : Jean-François Vrod
    Création lumière : Hervé Frichet
    Construction et scénographie : Claire Tavernier
    Costumes : Marion Rebmann Avec Delphine Noly, Cristian Sotomayor

    Louise vit au Canada avec sa grande sœur et son père. Un jour, surgit juste derrière elle un ours transparent, qui la suit jusque dans sa maison. Puis, peu à peu, c’est l’invasion : il y en a partout, derrière chaque habitant. Pas facile de convaincre, car le problème, c’est que Louise est la seule à les voir. Et dans le même temps, chaque nuit, la milice anti ours bien réelle, sillonne les rues de la ville, carabine au poing pour tuer ces bêtes étranges et magnifiques.Avec douceur et humour, Louise évoque cette période ténue entre l’enfance et l’adolescence, ce qu’on y perd et ce qu’on peut en garder.  Aux sons cristallins d’une kora, une conteuse seule en scène nous transporte dans ce récit initiatique à la lisière du fantastique.

    Co-production : Fermede Bel Ébat Théâtre de Guyancourt, MA scène nationale Pays de Montbéliard, Centre culturel Pablo Picasso de Homécourt, la Minoterie de Dijon.
    Avec le soutien de la DRAC Bourgogne-Franche Comté – Ministère de la culture et de la communication, du Conseil Régional Bourgogne-Franche-Comté, du Département du Doubs, de la Ville de Besançon, de la Ville de Drancy.
    Remerciements : La Friche Artistique de Besançon, Les 2 Scènes – Scène Nationale de Besançon, la Médiathèque Georges Brassens de Drancy, la Médiathèque Saint-Exupéry de Neuilly-sur-MarneLouise Les ours, K. Serres : Ed. L’école des loisirs

  • Danse,  Performance,  Spectacles

    OIKOS LOGOS

    Cie 1 des Si

    DANSE / MUSIQUE
    JEUDI 5 MARS – 20H
    DURÉE : 1H
    TARIF B

    Création
    Chorégraphie et mise en scène : Étienne Rochefort
    Aide à la mise en scène : Jérôme Douablin
    Musique : Jimmy Febvay, Nicolas Mathuriau et Anais Mahikian (chant)
    Interprètes : Etienne Rochefort, Marino Vanna, Maxime Cozic, Loraine Dambermont, Florian Albin
    Costumes : Mathilde Marie Lumières : Odile Ribiere

    Figure montante du paysage chorégraphique français, Etienne Rochefort s’inspire du cinéma, des esthétiques issues des nouvelles technologies ou des séries de science-fiction, pour créer des formes à la croisée des disciplines.Oïkos Logos revient à l’étymologie du terme « écologie ». Dans « oïkos », il y a « milieu », mais aussi « maison » : c’est dire que l’artiste pense ses pièces comme un tout, un foyer finement tendu de relations en perpétuelles et subtiles métamorphoses. La scène tout entière n’est pas un décor, mais un univers poreux à l’action des artistes. Ici, musique, danse et chant lyrique résonnent ensemble, au lieu de se contenter de s’accompagner. A l’instar des poupées russes, les degrés de lecture s’imbriquent pour explorer les relations qu’entretiennent les êtres vivants entre eux et avec leur environnement. Les jeux de lumière se combinent avec des gestuelles robotiques, saccadées, grêlées, et dispensent de stupéfiantes séquences illusionnistes. Les matières corporelles et musicales se fondent et déploient des visions aussi enchantées que furieusement vivantes.

    Production : Cie 1 des Si en coproduction avec : MA / Scène Nationale du Pays de Montbéliard, Pôle Sud / CDCN de Strasbourg, Le Centre Culturel André Malraux / Scène nationale de Vandœuvre-lès-Nancy, Théâtre Edwige Feuillère / scène conventionnée de Vesoul, Les 2 Scènes / Scène Nationale de Besançon, Ballet du Rhin / CCN de Mulhouse, Art danse / CDCN de Dijon Bourgogne Franche-ComtéAvec l’aide de : Ministère de la Culture, DRAC de Bourgogne Franche-Comté, Ville de Besançon, Région Bourgogne-Franche-Comté, Département du Doubs