• Actions Artistiques,  Actions culturelles,  Jeune Public,  Theatre confiné

    LECTURES « EN APNÉE »

    Le Nouveau Relax et la compagnie du Bredin invitent des collégiens et lycéens à des lectures

    previous arrow
    next arrow
    previous arrownext arrow
    Slider

    Les 29 et 30 mars derniers, la comédienne Marie-Aude Weiss a donné des lectures du roman En apnée, de l’autrice irlandaise Meg Rehan, mises en voix par Laurent Vacher de la compagnie du Bredin, et accueillies dans quatre établissements scolaires chaumontais. 

    Les deux artistes ont ensuite échangé avec les élèves autour de leurs représentations et expériences de l’Amour et leurs émotions à l’écoute de ce texte qui aborde l’homosexualité. 

    Des actions de territoire et des rencontres à l’origine d’un spectacle

    Ce projet s’inscrit dans une action de territoire intergénérationnelle, en préambule à la représentation de la pièce  Soudain chutes et envols, qui sera jouée en janvier 2022 au Nouveau Relax. 

    Le spectacle, mis en scène par Laurent Vacher et écrit par Marie Dilasser, questionne les sentiments amoureux et l’identité de genre. Celui-ci s’inspire à la fois du roman épistolaire Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes et des réponses à des questions posées à des personnes âgées ou ainsi qu’à des adolescent.e.s.

    De fait, les Classes à Horaires Aménagés Théâtre du collège de la Rochotte et des résident.e.s de trois EHPAD de l’agglomération chaumontaise y ont participé, à travers l’écriture de questions, de réponses ou encore d’entretiens menés autour du thème des sentiments amoureux.

    Nous vous souhaitons une belle écoute de cette lecture ! 

    À cette occasion, regarder (à nouveau) les coulisses de résidence #3 de la compagnie du Bredin au Nouveau Relax!

  • Actions culturelles,  reportages,  Theatre confiné

    REPORTAGE #3

    La classe à horaires aménagés théâtre (C.H.A.T.)
    du collège La Rochotte

    Avec la compagnie du Bredin

    Depuis 2010, le Nouveau Relax et le Collège de la Rochotte à Chaumont proposent une Classe à Horaires Aménagés Théâtre (C.H.A.T.) encadrée par l’enseignante Maud Chasseux et la comédienne Marie-Aude Weiss. Cette option permet aux élèves de la 6ème à la 3ème de suivre un enseignement artistique et culturel spécialisé. Ce programme leur donne l’occasion de découvrir l’univers pluridisciplinaire du spectacle vivant. Depuis la saison 19/20, Marie-Aude Weiss et Laurent Vacher de la Compagnie du Bredin accompagnent ce projet.

    LES INTERVENANTS :

    Maud Chasseux, professeure de français

    Marie-Aude Weiss, comédienne

    Après une formation au conservatoire de Besançon et l’école Pierre Debauche, Marie-Aude Weiss a travaillé avec différents metteurs en scène de centres dramatiques (Denis Llorca, René Loyon…). Titulaire du diplôme d’état, elle a dirigé des ateliers artistiques auprès de collégiens et de lycéens dans le cadre d’options, de spécialité ou de clubs en partenariat avec différents théâtres. Marie-Aude Weiss accompagne Maud Chasseux et la classe C.H.A.T. du collège de la Rochotte pour la 2ème année.

    Laurent Vacher, metteur en scène et directeur artistique

    Autodidacte, Laurent Vacher travaille rapidement en tant qu’acteur puis metteur en scène. Il créé Le Bredin en 1998 et met en scène une vingtaine de spectacles par la suite. Attaché à la proximité et au contact, il compose son travail en lien avec un territoire et sa population. Cette saison, Laurent Vacher s’inspire de sa future création Soudain chutes et envols (adaptée des Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes) et interroge les sentiments amoureux des collégiens de la classe C.H.A.T. et de résidents d’EHPAD de Chaumont.

    LE C.H.A.T. EN PRATIQUE :

    Avec Maud Chasseux, les élèves développent leurs connaissances théoriques durant 2h par semaine de cours d’histoire du théâtre. La pratique est assurée par Marie-Aude Weiss lors d’ateliers mensuels. Tout au long de l’année scolaire, les élèves assistent à des spectacles et enrichissent leur culture théâtrale en rencontrant des artistes au Nouveau Relax. En fin d’année, ils proposent un spectacle devant un public constitué de parents et de camarades. Après ces 4 années d’enseignement, les élèves présentent leur travail au Brevet des collèges. L’option s’inscrit donc dans la scolarité de l’élève. Elle peut être poursuivie au lycée.

    Les saisons passées, les deux intervenantes ont travaillé des auteurs contemporains comme Sylvain Levey ou Guillaume Poix. Cette année, elles ont choisi de composer un texte à partir d’échanges intergénérationnels en s’inspirant du texte Soudain chutes et envols, de l’autrice Marie Dilasser.

    previous arrow
    next arrow
    previous arrownext arrow
    Slider
    UN PROJET INTERGÉNÉRATIONNEL INSPIRÉ D’UN SPECTACLE EN CRÉATION :

    En parallèle du travail mené au collège, Laurent Vacher interroge à distance les résidents volontaires des EHPAD de l’Osier Pourpre à Chaumont et du centre Jean-François Bonnet à Riaucourt. Ces temps d’échange offrent aux résidents une possibilité de rompre l’isolement. Grandement affectés par les conditions sanitaires actuelles les privant de lien social, ils accueillent cette action avec enthousiasme.

    Les questions ont été rédigées par les élèves de la classe C.H.A.T. En y répondant, les personnes âgées partagent leur vécu, leur vie amoureuse, leurs sentiments. Avec une mémoire fantasmée ou parfois défaillante, ces échanges provoquent les émotions tantôt joyeuses ou tristes , mais toujours teintées de nostalgie.

    Laurent Vacher parle d’un choc des générations. Les collégiens évoquent l’amour, l’engagement amoureux de manière assez décomplexée, tandis que les personnes âgées peinent à exprimer leurs sentiments. Ces échanges témoignent d’histoires personnelles intimes mais aussi de notre histoire commune, des évolutions sociétales de ces dernières décennies qui ont permis à la parole – et notamment celle des jeunes engagés dans ce projet- de se libérer.

    Si la situation sanitaire le permet, cette correspondance aboutira à la mise en scène d’une forme sensible, nourrie d’échanges intergénérationnels et complices.

    Pour en savoir plus sur le travail de Laurent Vacher, découvrez nos interviews ici

  • Actions culturelles,  reportages,  Theatre confiné

    REPORTAGE #2

    La spécialité théâtre du lycée Bouchardon

    Avec la compagnie Premiers Actes

    Depuis la saison 19/20, la nouvelle option théâtre du lycée Bouchardon à Chaumont intéresse de plus en plus d’élèves. L’équipe du Nouveau Relax est partie à leur rencontre pour vous présenter ce dispositif.

    L’option (en seconde) et la spécialité théâtre (en première et terminale) du lycée Bouchardon sont encadrées par deux enseignants de français et compte une vingtaine d’élèves. Au cours des trois années d’enseignement, ils alternent connaissances pratiques et théoriques, artistiques et historiques, le but étant de les mener vers une autonomie dans leur pratique et leur réflexion sur l’art dramatique.

    Pour ce faire, le dispositif met en œuvre un partenariat entre les enseignants, le Nouveau Relax et les intervenants Thibaut Wenger et Nina Blanc (compagnie Premiers Actes). Le double regard des professeurs et des intervenants permet une approche complémentaire dans les enseignements.

    Ainsi, selon l’année et leur niveau, les élèves sont amenés à suivre de trois à six heures d’enseignement par semaine dont une intervention par mois avec la compagnie Premiers Actes et à assister au minimum à six à dix spectacles par an. Cette année par exemple, la classe de première travaille sur la question des violences faites aux femmes et les terminales étudient les Femmes autour de trois pièces de Molière.

    LES INTERVENANTS :

    À l’origine, la compagnie a été créée en 2008 par un groupe d’acteurs pour un festival d’été dans les Vosges alsaciennes. Depuis 2013, quatorze productions ont été portées par une quinzaine d’artistes français, belges et allemands à cheval sur la France et la Belgique. Financés et soutenus par un conventionnement DRAC Grand Est depuis 2016 et un partenariat avec le Nouveau Relax depuis 2017, ils travaillent un répertoire contemporain ou dramatique, un théâtre d’acteurs, de verbe.

    Quel est votre parcours ?

    « Je suis comédien et metteur en scène, j’ai commencé par des études de cinéma puis j’ai intégré l’Institut national supérieur des arts du spectacle à Bruxelles. J’ai été artiste associé pendant trois années au théâtre des Martyrs à Bruxelles, j’ai donné des cours dans le supérieur et des cours du soir. Je suis intervenu et interviens encore avec des lycéens et ce qui m’intéresse, est de voir émerger le fragile et l’inattendu, l’histoire du monde que chacun raconte. Les interprètes sont des observateurs du monde, les corps parlent avec les expériences de vie. » Thibaut Wenger

    « Je suis comédienne, metteuse en scène et scénographe en collaboration avec Thibaut Wenger au sein de la compagnie Premiers Actes, ainsi que dans d’autres projets. D’origine parisienne, j’ai été bercée dans un monde d’artistes (mon père était sociétaire de la Comédie Française) et à partir de mes dix ans, j’ai commencé à faire du théâtre. J’ai passé un bac L, option théâtre, me suis formée en tant que comédienne, j’ai ensuite choisi de suivre l’option mise en scène de l’INSAS à Bruxelles, que j’ai trouvée formidable et qui m’a permis de découvrir différents outils comme la radio, la photo… » Nina Blanc

    Quelles sont vos inspirations, qu’aimez-vous travailler ?

    « Je travaille plutôt un répertoire d’auteurs allemands, ou Tchekhov, Koltès, Ibsen qui parlent de gens qui se débattent avec leur mauvaise conscience ou le mensonge. J’interroge également le rapport à l’histoire de l’Homme, ce qu’on en a perdu, ce qui en demeure, ce qu’on est devenu.e.s et comment on regarde le monde avec ces paramètres. Je suis à l’écoute des étrangetés, de la singularité qu’on interprète dans les signes, comme en archéologie. » TW

    « Ma première mise en scène était Porcherie de Pasolini : son travail physique, le théâtre charnel avec des corps particuliers, l’érotisme des corps qui sortent de l’adolescence m’interpellent. L’écriture italienne contemporaine me passionne, la rage théâtrale de Pippo Delbono, tout comme le théâtre de paroles. Je me sens également concernée par les notions d’héritage culturel et de transmission : que garde-t-on des oeuvres théâtrales classiques? Comment les questionne-t-on? Comment nous parlent-elles aujourd’hui? Qu’en a-t-on hérité? » NB

    Qu’aimez-vous dans les interventions au lycée Bouchardon?

    « Je propose une rencontre avec les jeunes, une confrontation à différentes pratiques théâtrales où l’on échange, où je leur laisse la parole afin qu’elles s’entraînent à s’exprimer, à avoir un sens critique, à exercer une vision qui leur est propre, à analyser des œuvres. J’aime susciter la discussion, j’essaie d’être complémentaire des professeurs de français et de donner la possibilité aux élèves de trouver des clés par elles-mêmes, qui leur donneront envie d’aller au théâtre. » NB

    previous arrow
    next arrow
    previous arrownext arrow
    Slider
    LES ÉLÈVES :

    Lucy-Sara, Julie et Maëva, élèves de 1ère et terminale prennent la parole :

    Pourquoi avoir choisi de suivre l’enseignement théâtre ?

    « Je suis une artiste incomprise (haha), je m’intéresse aux métiers de l’art et je trouve que cela apporte une ouverture sur le monde. J’aime assister à des spectacles, découvrir et rencontrer des artistes. » Lucy-Sara

    « Cela me sera utile pour mon futur métier, j’aimerais être enseignante de FLE (français langue étrangère). » Julie

    « J’étais une fille stressée et timide, je voulais être plus à l’aise à l’oral et prendre confiance en moi. » Maëva

    Qu’est-ce qui vous intéresse le plus dans cet enseignement ?

    « J’aime l’impro et la diversité des thématiques, cela permet de tout interpréter. » Lucy-Sara
    « Nous travaillons sur un projet qui parle de la violence envers les femmes et j’aime la pratique théâtrale. » Julie
    « J’adore la pratique, ça m’apporte de la détente et je m’intéresse également à la mise en scène. » Maëva

    Après avoir assisté à plusieurs représentations dans le cadre de l’option ou de la spécialité, les lycéennes ont été marquées par Oïkos Logos et Vestiges au Nouveau Relax. La danse de la compagnie 1 des Si semble donc les avoir unanimement conquises. Étienne Rochefort a définitivement la cote auprès des jeunes Chaumontais ! Suzy Storckvoir en ligne sur notre site) semble avoir également marqué les esprits.

    Retrouvez en images la présentation de l’option et de la spécialité théâtre :

    LES PROFESSEURS :

    L’option et la spécialité théâtre sont encadrées par deux enseignants : Rose-Marie Agliata, enseignante de français, lettres classiques et certifiée en théâtre et Walter Pirotte, enseignant de français, lettres modernes, en préparation de la certification théâtre. Ensemble, ils développent les compétences nécessaires aux élèves (pratique, analyse, méthodologie..) pour leur permettre d’acquérir une culture théâtrale répondant aux critères d’évaluation de fin de cycle.

    Pourquoi avoir choisi d’enseigner le théâtre au lycée ? Qu’est-ce que cela vous apporte et que préférez-vous dans cet enseignement ?

    « L’enseignement du théâtre est frustrant et trop limité dans l’enseignement du français traditionnel pour qu’on en perçoive toute la richesse, toutes les dimensions  et toute la « vie »; l’opportunité d’une section théâtre au lycée m’a poussée à passer la certification, à un moment où l’évolution de notre métier me faisait me questionner sur une éventuelle reconversion professionnelle. Cet enseignement apporte aux élèves de la culture, du vocabulaire, une vision du monde et un rapport à l’autre bien différents et avec l’avantage pour eux du petit groupe. C’est une école de la vie au même titre que d’autres enseignements mais qui laisse plus de place à l’élève acteur (et pas seulement sur les planches) ; les échanges et la réflexion y sont nombreux et très réguliers. Ce que j’aime le plus ce sont les découvertes au niveau des mises en scène (au théâtre ou dans les captations), les rencontres avec les professionnels et les coulisses du théâtre. Et aussi voir comment les élèves créent un projet et se sentent heureux quand ils produisent un spectacle, si modeste soit-il. » Rose-Marie Agliata

    Walter Pirotte et Rose-Marie Agliata

    « J’ai choisi d’enseigner le théâtre car je trouve qu’il est essentiel pour les élèves d’avoir une pratique qui leur permette de s’approprier à la fois leur corps dans l’espace et leur oralité. Il me semble que l’école du spectateur, qui consiste à aller voir neuf spectacles dans l’année est une formidable ouverture à la culture, à autrui, à la diversité des formes du spectacle vivant ; au monde et aux réalités contemporaines. Dans cette matière, les élèves collaborent au plateau, co-construisent avec des conseils de professionnels et sans concurrence.

    J’apprécie la polyvalence demandée aux élèves et la variété des aspects théoriques, pratiques développés et évalués dans cette discipline. un contact différent aussi avec les élèves du fait d’effectifs réduits et l’opportunité de travailler à fond des sujets. » Walter Pirotte

    Quel a été votre spectacle préféré au Nouveau Relax ?

    « Mes spectacles préférés depuis l’an dernier (des genres trop différents pour trancher) ont été : La vie devant soi, Détester tout le monde, Suzy Storck. » Rose-Marie Agliata

    « La programmation du Nouveau Relax est de grande qualité et c’est aussi un plaisir d’abord égoïste – mais qu’il est agréable de partager avec les élèves – que d’aller voir des spectacles aussi divers. Oh boy !, par la performance du comédien, m’avait vraiment plu mais je crois que c’est plus récemment Quitter la Terre que je mettrai à la première place, l’intelligence de l’écriture, la dimension éminemment politique, parfois anthropologique du sujet et le caractère audacieux et comique de la mise en scène m’ont fait passer un de mes meilleurs moments de spectateur ! » Walter Pirotte

  • Actions culturelles,  reportages,  Theatre confiné

    REPORTAGE #1

    Le PAG l’Enfance de l’Art

    Avec Aude de Rouffignac

    Le Projet Artistique Globalisé l’Enfance de l’Art, animé depuis quatre ans par la metteuse en scène et comédienne Aude de Rouffignac, est un dispositif d’Éducation Artistique et Culturelle mis en place à travers un partenariat entre la Direction des Service Départementaux de l’Éducation Nationale de la Haute-Marne, la Ligue de l’Enseignement et le théâtre du Nouveau Relax.

    previous arrow
    next arrow
    previous arrownext arrow
    Slider

    Le dispositif

    En 2020-2021, le projet concerne quatorze classes du CP au CM2, regroupant 235 élèves de huit écoles primaires, réparties sur sept communes de l’Agglomération de Chaumont. Cette sensibilisation au théâtre inclut sur l’année, six séances en classe d’une durée de deux heures trente, une demi-journée de répétition au Nouveau Relax et enfin l’aboutissement du projet : une restitution sur scène devant camarades et parents. En outre, les enfants viennent au théâtre du Nouveau Relax pour assister à deux spectacles dans l’année.

    Les séances au fil de l’année sont rythmées par un échauffement pour lâcher prise, un temps d’écoute des enfants qui permet de se rendre disponible au travail puis différentes approches du texte et de sa mise en espace à travers indications de jeu. Les enfants, heureux.ses de choisir et d’incarner leur personnages, ne manquent pas d’apprécier ces instants de voyage culturel et théâtral.

    Cette année, la Ligue de l’Enseignement a choisi pour thématique ‘’Ma planète mon amour’’. Aude de Rouffignac s’en est emparée pour dévorer livres et albums jeunesse et proposer une panoplie d’œuvres à travailler aux enseignant.e.s volontaires.

    Aude de Rouffignac – Portrait

    L’artiste est membre fondatrice, avec deux complices, de la compagnie Un Caillou dans la fontaine, qui a vu le jour en 2011 : à l’origine, une association constituée de créateurs/trices, photographes et artistes, destinée à intervenir sur des marchés d’artisanat. Située à Pernes-les-Fontaines dans le Vaucluse, la compagnie, composée de six membres permanent.e.s et qui propose également des activités de poterie, de photographie et de randonnée, a soutenu la création de deux spectacles à destination du jeune public, mis en scène par Aude de Rouffignac en 2013 et 2016.

    Cette dernière a débuté sa carrière par une formation théâtrale aux ateliers du Samovar à Paris et l’a poursuivie au cours Florent où elle a rencontré Philippe Berling. Le metteur en scène lui a par la suite proposé, un premier projet d’éducation artistique et culturelle au Granit, Scène nationale de Belfort dans lequel elle s’est lancée avec émotion. Elle a ensuite assisté Jean-Philippe Naas et appris la mise en scène pendant une dizaine d’années, tout en alternant avec des rôles au sein de la compagnie En attendant…

    L’intervenante ne tarit pas sur l’importance que tient l’éducation artistique et culturelle dans son parcours théâtral et souligne la valeur de la dimension et de l’éveil culturels qu’elle partage avec les enfants. Elle trouve ‘’ passionnant et enthousiasmant le travail avec les plus jeunes à qui elle tente d’apporter des clés pour comprendre  le monde ’’.

  • Actions culturelles,  reportages,  Theatre confiné

    Reportages

    L’Éducation Artistique et Culturelle du Nouveau Relax

    Les projets menés dans le cadre de l’éducation artistique et culturelle sont un volet important de nos missions de Scène Conventionnée. À nos côtés, les artistes construisent et proposent des actions très diverses, allant de rencontres ponctuelles à de véritables parcours de sensibilisation.

    Nous les avons suivis le temps d’un cours, d’une journée, pour vous présenter ces dispositifs qui contribuent, chaque jour, à l’éveil et à l’épanouissement des plus jeunes.

    Découvrez plus en détails les PAG grâce à nos reportages !

  • Actions culturelles

    CADAVRE EXQUIS

    Depuis novembre, l’équipe reste mobilisée et imagine des « actions distanciées » avec le public. Parmi les propositions, Le Nouveau Relax a organisé l’écriture d’un texte collectif, sous la méthode du cadavre exquis.

    Laurent Vacher, metteur en scène de la Compagnie Le Bredin et artiste associé au Nouveau Relax, a effectué une résidence au théâtre, pour la création du spectacle Soudain Chutes et Envols. Le texte est une réécriture par l’autrice Marie Dilasser des Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes, à partir d’entretiens questionnant les sentiments amoureux de collégiens et de personnes âgées de notre territoire. Il nous a proposé de démarrer le cadavre exquis par quelques lignes, qui relatent une rencontre.

    Après plusieurs semaines créatives, l’aventure du cadavre exquis s’achève.
    Vous avez été nombreux à participer ! Merci à Annie, Martine, Catherine, Rose-Marie, Véronique, Louise, Françoise, Lapiotte, Hermione, Suzanne, Marius, Andromaque, Héloïse, Emile et Camille.
    Découvrez maintenant la fin de l’histoire :


    Dans le bus puis dans le train… Soit, 7h33 et 8h15. Le soir à 17h02, train. À 17h 44, bus. Toujours exact, toujours là. Du lundi au vendredi. Le samedi, le dimanche : rien. Chaque jour de la semaine, tu viens t’asseoir à côté de moi, ou face à moi.
    Chaque jour, même heure, matin et soir, j’aperçois tes cheveux décolorés cachés sous ton bonnet de laine. Jaune. Toujours le même. Il faut dire qu’il fait particulièrement froid pour un mois de novembre. Il fait sombre aussi. Mais ce jaune-là est réconfortant dans l’hiver qui s’installe : ça fait paraître le temps moins long.
    Car chaque jour, de façon lente et mécanique, tu extrais d’une vieille sacoche en cuir un roman. Chaque jour, un roman différent de la veille. Alors d’une voix précise, audible et chaude, tu débutes une lecture à voix haute sans lever la tête, sans même regarder autour de toi.
    Il semble que peu importe le regard des autres. Sous ton bonnet jaune, parce que moi, je suis près de toi, je vois tes yeux clairs qui suivent les lignes de ton cahier fatigué ouvert entre tes mains délicates. Le compartiment baigne dans le silence et cette surprenante attitude parait normale. Les passagers sont soit étonnés, soit indifférents, ils écoutent ou peut-être pas. Mais moi, je ne quitte pas tes lèvres naturellement roses, avide des mots que tu vas prononcer. Je ne manque pas un souffle, pas une pause, pas un son qui serait différent.
    Puis, le ton annonce la dernière phrase, tu refermes posément ton cahier et tournes doucement la tête vers la fenêtre du train. Tu regardes le paysage défiler, l’air pensive, encore plongée dans ton histoire. Un sourire naïf se dégage de tes lèvres. Le contraste des couleurs de l’automne à l’horizon illumine ton visage et fige cet instant comme dans un rêve. Un rêve dont j’aimerais être le personnage principal. Et là, tu interromps tes pensées et tes yeux se posent enfin sur moi.
    Tes yeux se posent enfin sur moi. Des yeux perçants qui reflètent la froideur de ton âme. Ton bonnet jaune mars n’a plus rien de réconfortant. Sa teinte me fait entrevoir un aspect guerrier que tu dissimules dans la délicatesse de tes gestes. Tu me fixes inlassablement. Tout en me regardant, tu laisses émaner de ton corps chaud un souffle profond, un souffle glacial qui me transperce. Je suis pétrifié. Mon corps est comme sous l’emprise d’une force qui m’empêche maintenant de bouger. Je sens bien que pour rompre cette énergie dévastatrice, je devrais décrocher mon regard du tien. Mais m’en voilà bien incapable. J’ai peur. Dans cet instant de panique, une pensée me traverse l’esprit et je réussis à articuler ces phrases :
    « le bleu de tes yeux, l’ombre de ton sourire : tout en toi me ramène à du Mary Higgins Clark !!! Alors Entre hier et demain, Trois jours avant Noël, retrouvons-nous s’il te plait à La Clinique du Docteur H., mon Ange perdu : nous découvrirons ensemble Ce que vivent les roses, nous disserterons joyeusement de L’Affaire Cendrillon, nous fredonnerons Cette chanson que je n’oublierai jamais et En secret, Je te donnerai mon cœur, Avant de te dire adieu ».