REPORTAGE #3

La classe à horaires aménagés théâtre (C.H.A.T.)
du collège La Rochotte

Avec la compagnie du Bredin

Depuis 2010, le Nouveau Relax et le Collège de la Rochotte à Chaumont proposent une Classe à Horaires Aménagés Théâtre (C.H.A.T.) encadrée par l’enseignante Maud Chasseux et la comédienne Marie-Aude Weiss. Cette option permet aux élèves de la 6ème à la 3ème de suivre un enseignement artistique et culturel spécialisé. Ce programme leur donne l’occasion de découvrir l’univers pluridisciplinaire du spectacle vivant. Depuis la saison 19/20, Marie-Aude Weiss et Laurent Vacher de la Compagnie du Bredin accompagnent ce projet.

LES INTERVENANTS :

Maud Chasseux, professeure de français

Marie-Aude Weiss, comédienne

Après une formation au conservatoire de Besançon et l’école Pierre Debauche, Marie-Aude Weiss a travaillé avec différents metteurs en scène de centres dramatiques (Denis Llorca, René Loyon…). Titulaire du diplôme d’état, elle a dirigé des ateliers artistiques auprès de collégiens et de lycéens dans le cadre d’options, de spécialité ou de clubs en partenariat avec différents théâtres. Marie-Aude Weiss accompagne Maud Chasseux et la classe C.H.A.T. du collège de la Rochotte pour la 2ème année.

Laurent Vacher, metteur en scène et directeur artistique

Autodidacte, Laurent Vacher travaille rapidement en tant qu’acteur puis metteur en scène. Il créé Le Bredin en 1998 et met en scène une vingtaine de spectacles par la suite. Attaché à la proximité et au contact, il compose son travail en lien avec un territoire et sa population. Cette saison, Laurent Vacher s’inspire de sa future création Soudain chutes et envols (adaptée des Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes) et interroge les sentiments amoureux des collégiens de la classe C.H.A.T. et de résidents d’EHPAD de Chaumont.

LE C.H.A.T. EN PRATIQUE :

Avec Maud Chasseux, les élèves développent leurs connaissances théoriques durant 2h par semaine de cours d’histoire du théâtre. La pratique est assurée par Marie-Aude Weiss lors d’ateliers mensuels. Tout au long de l’année scolaire, les élèves assistent à des spectacles et enrichissent leur culture théâtrale en rencontrant des artistes au Nouveau Relax. En fin d’année, ils proposent un spectacle devant un public constitué de parents et de camarades. Après ces 4 années d’enseignement, les élèves présentent leur travail au Brevet des collèges. L’option s’inscrit donc dans la scolarité de l’élève. Elle peut être poursuivie au lycée.

Les saisons passées, les deux intervenantes ont travaillé des auteurs contemporains comme Sylvain Levey ou Guillaume Poix. Cette année, elles ont choisi de composer un texte à partir d’échanges intergénérationnels en s’inspirant du texte Soudain chutes et envols, de l’autrice Marie Dilasser.

DSC00421A
DSC00433A
DSC00436A
DSC00439A
DSC00440A
previous arrow
next arrow
DSC00421A
DSC00433A
DSC00436A
DSC00439A
DSC00440A
previous arrow
next arrow
UN PROJET INTERGÉNÉRATIONNEL INSPIRÉ D’UN SPECTACLE EN CRÉATION :

En parallèle du travail mené au collège, Laurent Vacher interroge à distance les résidents volontaires des EHPAD de l’Osier Pourpre à Chaumont et du centre Jean-François Bonnet à Riaucourt. Ces temps d’échange offrent aux résidents une possibilité de rompre l’isolement. Grandement affectés par les conditions sanitaires actuelles les privant de lien social, ils accueillent cette action avec enthousiasme.

Les questions ont été rédigées par les élèves de la classe C.H.A.T. En y répondant, les personnes âgées partagent leur vécu, leur vie amoureuse, leurs sentiments. Avec une mémoire fantasmée ou parfois défaillante, ces échanges provoquent les émotions tantôt joyeuses ou tristes , mais toujours teintées de nostalgie.

Laurent Vacher parle d’un choc des générations. Les collégiens évoquent l’amour, l’engagement amoureux de manière assez décomplexée, tandis que les personnes âgées peinent à exprimer leurs sentiments. Ces échanges témoignent d’histoires personnelles intimes mais aussi de notre histoire commune, des évolutions sociétales de ces dernières décennies qui ont permis à la parole – et notamment celle des jeunes engagés dans ce projet- de se libérer.

Si la situation sanitaire le permet, cette correspondance aboutira à la mise en scène d’une forme sensible, nourrie d’échanges intergénérationnels et complices.

Pour en savoir plus sur le travail de Laurent Vacher, découvrez nos interviews ici