REPORTAGE #2

La spécialité théâtre du lycée Bouchardon

Avec la compagnie Premiers Actes

Depuis la saison 19/20, la nouvelle option théâtre du lycée Bouchardon à Chaumont intéresse de plus en plus d’élèves. L’équipe du Nouveau Relax est partie à leur rencontre pour vous présenter ce dispositif.

L’option (en seconde) et la spécialité théâtre (en première et terminale) du lycée Bouchardon sont encadrées par deux enseignants de français et compte une vingtaine d’élèves. Au cours des trois années d’enseignement, ils alternent connaissances pratiques et théoriques, artistiques et historiques, le but étant de les mener vers une autonomie dans leur pratique et leur réflexion sur l’art dramatique.

Pour ce faire, le dispositif met en œuvre un partenariat entre les enseignants, le Nouveau Relax et les intervenants Thibaut Wenger et Nina Blanc (compagnie Premiers Actes). Le double regard des professeurs et des intervenants permet une approche complémentaire dans les enseignements.

Ainsi, selon l’année et leur niveau, les élèves sont amenés à suivre de trois à six heures d’enseignement par semaine dont une intervention par mois avec la compagnie Premiers Actes et à assister au minimum à six à dix spectacles par an. Cette année par exemple, la classe de première travaille sur la question des violences faites aux femmes et les terminales étudient les Femmes autour de trois pièces de Molière.

LES INTERVENANTS :

À l’origine, la compagnie a été créée en 2008 par un groupe d’acteurs pour un festival d’été dans les Vosges alsaciennes. Depuis 2013, quatorze productions ont été portées par une quinzaine d’artistes français, belges et allemands à cheval sur la France et la Belgique. Financés et soutenus par un conventionnement DRAC Grand Est depuis 2016 et un partenariat avec le Nouveau Relax depuis 2017, ils travaillent un répertoire contemporain ou dramatique, un théâtre d’acteurs, de verbe.

Quel est votre parcours ?

« Je suis comédien et metteur en scène, j’ai commencé par des études de cinéma puis j’ai intégré l’Institut national supérieur des arts du spectacle à Bruxelles. J’ai été artiste associé pendant trois années au théâtre des Martyrs à Bruxelles, j’ai donné des cours dans le supérieur et des cours du soir. Je suis intervenu et interviens encore avec des lycéens et ce qui m’intéresse, est de voir émerger le fragile et l’inattendu, l’histoire du monde que chacun raconte. Les interprètes sont des observateurs du monde, les corps parlent avec les expériences de vie. » Thibaut Wenger

« Je suis comédienne, metteuse en scène et scénographe en collaboration avec Thibaut Wenger au sein de la compagnie Premiers Actes, ainsi que dans d’autres projets. D’origine parisienne, j’ai été bercée dans un monde d’artistes (mon père était sociétaire de la Comédie Française) et à partir de mes dix ans, j’ai commencé à faire du théâtre. J’ai passé un bac L, option théâtre, me suis formée en tant que comédienne, j’ai ensuite choisi de suivre l’option mise en scène de l’INSAS à Bruxelles, que j’ai trouvée formidable et qui m’a permis de découvrir différents outils comme la radio, la photo… » Nina Blanc

Quelles sont vos inspirations, qu’aimez-vous travailler ?

« Je travaille plutôt un répertoire d’auteurs allemands, ou Tchekhov, Koltès, Ibsen qui parlent de gens qui se débattent avec leur mauvaise conscience ou le mensonge. J’interroge également le rapport à l’histoire de l’Homme, ce qu’on en a perdu, ce qui en demeure, ce qu’on est devenu.e.s et comment on regarde le monde avec ces paramètres. Je suis à l’écoute des étrangetés, de la singularité qu’on interprète dans les signes, comme en archéologie. » TW

« Ma première mise en scène était Porcherie de Pasolini : son travail physique, le théâtre charnel avec des corps particuliers, l’érotisme des corps qui sortent de l’adolescence m’interpellent. L’écriture italienne contemporaine me passionne, la rage théâtrale de Pippo Delbono, tout comme le théâtre de paroles. Je me sens également concernée par les notions d’héritage culturel et de transmission : que garde-t-on des oeuvres théâtrales classiques? Comment les questionne-t-on? Comment nous parlent-elles aujourd’hui? Qu’en a-t-on hérité? » NB

Qu’aimez-vous dans les interventions au lycée Bouchardon?

« Je propose une rencontre avec les jeunes, une confrontation à différentes pratiques théâtrales où l’on échange, où je leur laisse la parole afin qu’elles s’entraînent à s’exprimer, à avoir un sens critique, à exercer une vision qui leur est propre, à analyser des œuvres. J’aime susciter la discussion, j’essaie d’être complémentaire des professeurs de français et de donner la possibilité aux élèves de trouver des clés par elles-mêmes, qui leur donneront envie d’aller au théâtre. » NB

DSC00404
DSC00406
DSC00407
DSC00412
previous arrow
next arrow
DSC00404
DSC00406
DSC00407
DSC00412
previous arrow
next arrow
LES ÉLÈVES :

Lucy-Sara, Julie et Maëva, élèves de 1ère et terminale prennent la parole :

Pourquoi avoir choisi de suivre l’enseignement théâtre ?

« Je suis une artiste incomprise (haha), je m’intéresse aux métiers de l’art et je trouve que cela apporte une ouverture sur le monde. J’aime assister à des spectacles, découvrir et rencontrer des artistes. » Lucy-Sara

« Cela me sera utile pour mon futur métier, j’aimerais être enseignante de FLE (français langue étrangère). » Julie

« J’étais une fille stressée et timide, je voulais être plus à l’aise à l’oral et prendre confiance en moi. » Maëva

Qu’est-ce qui vous intéresse le plus dans cet enseignement ?

« J’aime l’impro et la diversité des thématiques, cela permet de tout interpréter. » Lucy-Sara
« Nous travaillons sur un projet qui parle de la violence envers les femmes et j’aime la pratique théâtrale. » Julie
« J’adore la pratique, ça m’apporte de la détente et je m’intéresse également à la mise en scène. » Maëva

Après avoir assisté à plusieurs représentations dans le cadre de l’option ou de la spécialité, les lycéennes ont été marquées par Oïkos Logos et Vestiges au Nouveau Relax. La danse de la compagnie 1 des Si semble donc les avoir unanimement conquises. Étienne Rochefort a définitivement la cote auprès des jeunes Chaumontais ! Suzy Storckvoir en ligne sur notre site) semble avoir également marqué les esprits.

Retrouvez en images la présentation de l’option et de la spécialité théâtre :

LES PROFESSEURS :

L’option et la spécialité théâtre sont encadrées par deux enseignants : Rose-Marie Agliata, enseignante de français, lettres classiques et certifiée en théâtre et Walter Pirotte, enseignant de français, lettres modernes, en préparation de la certification théâtre. Ensemble, ils développent les compétences nécessaires aux élèves (pratique, analyse, méthodologie..) pour leur permettre d’acquérir une culture théâtrale répondant aux critères d’évaluation de fin de cycle.

Pourquoi avoir choisi d’enseigner le théâtre au lycée ? Qu’est-ce que cela vous apporte et que préférez-vous dans cet enseignement ?

« L’enseignement du théâtre est frustrant et trop limité dans l’enseignement du français traditionnel pour qu’on en perçoive toute la richesse, toutes les dimensions  et toute la « vie »; l’opportunité d’une section théâtre au lycée m’a poussée à passer la certification, à un moment où l’évolution de notre métier me faisait me questionner sur une éventuelle reconversion professionnelle. Cet enseignement apporte aux élèves de la culture, du vocabulaire, une vision du monde et un rapport à l’autre bien différents et avec l’avantage pour eux du petit groupe. C’est une école de la vie au même titre que d’autres enseignements mais qui laisse plus de place à l’élève acteur (et pas seulement sur les planches) ; les échanges et la réflexion y sont nombreux et très réguliers. Ce que j’aime le plus ce sont les découvertes au niveau des mises en scène (au théâtre ou dans les captations), les rencontres avec les professionnels et les coulisses du théâtre. Et aussi voir comment les élèves créent un projet et se sentent heureux quand ils produisent un spectacle, si modeste soit-il. » Rose-Marie Agliata

Walter Pirotte et Rose-Marie Agliata

« J’ai choisi d’enseigner le théâtre car je trouve qu’il est essentiel pour les élèves d’avoir une pratique qui leur permette de s’approprier à la fois leur corps dans l’espace et leur oralité. Il me semble que l’école du spectateur, qui consiste à aller voir neuf spectacles dans l’année est une formidable ouverture à la culture, à autrui, à la diversité des formes du spectacle vivant ; au monde et aux réalités contemporaines. Dans cette matière, les élèves collaborent au plateau, co-construisent avec des conseils de professionnels et sans concurrence.

J’apprécie la polyvalence demandée aux élèves et la variété des aspects théoriques, pratiques développés et évalués dans cette discipline. un contact différent aussi avec les élèves du fait d’effectifs réduits et l’opportunité de travailler à fond des sujets. » Walter Pirotte

Quel a été votre spectacle préféré au Nouveau Relax ?

« Mes spectacles préférés depuis l’an dernier (des genres trop différents pour trancher) ont été : La vie devant soi, Détester tout le monde, Suzy Storck. » Rose-Marie Agliata

« La programmation du Nouveau Relax est de grande qualité et c’est aussi un plaisir d’abord égoïste – mais qu’il est agréable de partager avec les élèves – que d’aller voir des spectacles aussi divers. Oh boy !, par la performance du comédien, m’avait vraiment plu mais je crois que c’est plus récemment Quitter la Terre que je mettrai à la première place, l’intelligence de l’écriture, la dimension éminemment politique, parfois anthropologique du sujet et le caractère audacieux et comique de la mise en scène m’ont fait passer un de mes meilleurs moments de spectateur ! » Walter Pirotte