LES VIGNETTES DEVINETTES

Chaque semaine, retrouvez nos « vignettes devinettes » sur les réseaux sociaux et testez vos connaissances sur le théâtre !

LE BRIGADIER

Devinette Facebook du 15 au 19/02

Avant le début d’une représentation, trois coups sont frappés sur le plancher de la scène avec un bâton appelé le brigadier.
Dans le théâtre contemporain, cette tradition a tendance à disparaître en raison des nouveaux rapports scène-salle.

Pourquoi le brigadier ?

Trouvant son origine dans la marine, le grade de brigadier était donné à un ouvrier dirigeant une équipe.

Le régisseur du théâtre qui dirigeait l’équipe technique était donc appelé le brigadier. Il se servait d’un bâton pour frapper les trois coups, afin de rassembler son équipe pour commencer le spectacle, tel un brigadier rassemblant ses hommes. Par métonymie, on a appelé le bâton lui-même un « brigadier ».
Traditionnellement fait de bois, il est taillé dans une perche de théâtre et souvent orné d’une poignée de velours rouge fixé par des clous dorés.

D’où vient cette tradition française des 3 coups ?

L’origine des trois coups daterait du Moyen-Âge. Le métier de comédien étant mal vu par l’église, les acteurs conjuraient les sanctions en ponctuant les coups en citant la Trinité.

À l’époque de Molière, on dit que les trois coups correspondait aux trois saluts que font les comédiens avant de jouer devant la cour (un salut pour la prétendante, un pour le machiniste et un pour le public).

Dans le théâtre classique, le brigadier tapait douze coups pour prévenir tous les machinistes que le spectacle allait commencer. Trois coups lui répondaient alors : un coup venant des cintres, un venant de sous la scène et un autre venant des coulisses opposées. Chaque machiniste se trouvant donc bien à son poste, le régisseur pouvait ouvrir le rideau !


LE FOUET, LA QUEUE DE SOURIS ET LE PORTE GOBO

Au théâtre, certains termes employés en technique sont trompeurs !
En voici quelques uns :

Devinette Facebook du 22 au 26/02

Le fouet
Il permet de raccorder une distribution électrique entre un bloc de puissance et un multipaire vers projecteurs (soit en fouet mâle, femelle).

La queue de souris
C’est un adaptateur entre deux prises.

Le porte gobo
Il s’installe au devant d’un projecteur (découpe). On y insère, comme son nom l’indique, le gobo pour créer des motifs lumineux sur la zone d’éclairage.


LA GÉLATINE

Devinette Facebook du 1er au 05/03

Fine feuille de plastique teintée dans la masse, la gélatine se fixe aux porte-filtres des projecteurs scéniques. Elle permet de coloriser la lumière blanche et d’apporter ainsi l’ambiance désirée sur scène. Le nom de gélatine vient de la ressemblance de la matière avec celle des filtres optiques utilisés avec les objectifs photographiques.


LE PAR À LED, LE VOLET ET LE PC

Devinette Facebook du 22 au 26/02

Le PAR à LED (Projecteurs à réflecteur parabolique aluminé)
C’est un projecteur équipé de LED RGB permettant d’obtenir les couleurs désirées sans passer par une gélatine contrairement au PAR conventionnel. Les PAR conventionnels sont quant à eux uniquement constitués d’une ampoule halogène de 500 ou 1 000 watts et d’une carcasse d’aluminium en forme de tube.

Le volet
C’est un accessoire de projecteur permettant de couper les « imperfections ».

Le PC (Projecteurs à lentille plan convexe)
Les plan-convexes sont les projecteurs de théâtre par excellence. D’une puissance pouvant aller jusqu’à 2 000 watts, ils projettent une lumière uniformément répartie. Ils sont constitués d’une lentille (fixe) et d’un chariot comprenant la lampe et le miroir de réflexion.


LA SERVANTE

Devinette Facebook du 15 au 19/03

Lors de la fermeture d’un théâtre, il est de coutume de laisser une veilleuse allumée au milieu de la scène. Cette lampe, appelée servante, veille sur le théâtre déserté entre deux représentations ou répétitions. Elle rassure dans le noir et symbolise l’âme du théâtre qui ne meurt jamais.

Cette veilleuse est parfois appelée sentinelle. En anglais, elle est nommée Ghost Lamp, en référence aux fantômes qui hantent le théâtre quand il se vide (notamment le lundi soir, jour de relâche, appelé Ghost Night).